/misc
Navigation

Taxer la misère des gens

Coup d'oeil sur cet article

Saviez-vous que le gouvernement impose des taxes sur les services juridiques? Je me demande ainsi: pourquoi dans notre société on taxe la misère des gens?

Pour la plupart d’entre vous, il vous arrivera, au cours de votre vie, de vivre des difficultés, qu’elles soient au niveau financier ou personnel, pour lesquelles vous devrez avoir nécessairement recours à un avocat pour faire valoir vos droits devant la justice. Pensons à une séparation impliquant des enfants, à un divorce, à une accusation d’alcool au volant, à une chirurgie qui s’est mal déroulée, à un problème avec son voisin, à une contestation d’indemnisation devant la SAAQ ou la CNESST, etc. 

Dans la majorité des litiges, avoir recours à un avocat est un service qui s’avérera être «essentiel» pour la plupart des citoyens. Ainsi, les services juridiques deviennent une nécessité et non un choix pour ces citoyens. Or, nonobstant la nécessité de ce service, le gouvernement impose des taxes sur les services juridiques, notamment sur les frais d’honoraires des avocats. À croire que le gouvernement veut se faire de l’argent sur le dos de la misère des gens.

C’est une aberration qui ne favorise certainement pas l’accès à la justice. Un accès à la justice, qui est déjà très difficile pour la classe moyenne au Québec, et ce, vu la complexité des procédures judiciaires, qui nécessitent du temps pour être bien préparées. 

Il est vrai que les gens à faible revenu ont heureusement accès à l’aide juridique. Cependant, il est totalement faux et ironique de prétendre que les citoyens faisant partie de la classe moyenne peuvent aisément payer les services d’un avocat. En effet, qui a les moyens d’investir 40 000$, plus les taxes applicables, dans un litige lorsqu’il a déjà de la difficulté «à joindre les deux bouts»? C’est pourquoi beaucoup de Québécois n’ont malheureusement d’autre choix que de s’endetter pour obtenir justice... 

Ainsi, je me demande: pourquoi le gouvernement charge-t-il des taxes à sa population lorsque celle-ci tente d’accéder à la justice? Je trouve cela totalement injuste quand on sait que d’autres produits ou services, jugés «essentiels», sont détaxés ou exonérés de taxes.

Par exemple, on peut penser aux produits et aux services suivants: 

  • Produits alimentaires  
  • Service de santé 
  • Service d’enseignement 
  • Service de garde d’enfants  
  • Service financier 
  • Service d’aide juridique  

Sans vouloir comparer un litige à un cancer, il n’en reste pas moins que certains litiges judiciaires peuvent avoir de lourdes conséquences dans la vie d’un individu et que, afin de contrôler les conséquences possibles, celui-ci aura besoin d’un avocat, autant qu’il aura besoin d’un médecin dans le cas où celui-ci serait atteint d’un cancer. Effectivement, les gens se retrouvent souvent désemparés et se sentent fréquemment sans ressources devant la montagne de procédures judiciaires qui se trouve devant eux. 

En plus, imaginez, le gouvernement leur charge des taxes sur leur malheur, ça n’a pas de sens. Il faut que le ministre de la Justice réagisse rapidement pour régler cette situation. Il y a beaucoup de problématiques à résoudre dans le monde judiciaire au Québec. Cependant, abolir les taxes pour faciliter l’accès à la justice est une solution simple et efficace.