/news/health
Navigation

Un été complexe pour les hôpitaux et les CHSLD de l'Estrie

Coup d'oeil sur cet article

L'été s'annonce difficile dans les hôpitaux et les CHSLD de l'Estrie. La pénurie de main-d’œuvre et les vacances forcent le CIUSSS de l'Estrie-CHUS à mettre en place des plans de contingences pour plusieurs qui sont loin de plaire à tous.

• À lire aussi: Les urgences frôlent le chaos à Gatineau

• À lire aussi: Plus de 750 lits fermés cet été pour faire souffler le personnel

À Coaticook, le maire Simon Madore a appris lundi que l'urgence de son hôpital serait fermée entre 18h et 8h. À compter d'hier et jusqu'au 16 août, ses citoyens devront donc parcourir plus de 40 kilomètres s'ils veulent voir un médecin en urgence.

Si Coaticook écope, c'est parce que la nuit, son urgence serait la moins achalandée du réseau.

Une situation que dénonce M. Madore. D'autant plus qu'avec l'attraction touristique Foresta Lumina, la population va jusqu'à doubler parfois l'été.

«Notre tourisme commence à la noirceur et fini au petit matin pis on me ferme pendant ces heures-là. Est-ce qu'il a été évalué de me fermer entre midi et 5h ou des heures moins achalandées que la nuit?»

Pour rassurer la population et pour réagir en cas «d'urgence vitale», une ambulance sera stationnée dans le stationnement de l'urgence les soirs et les nuits.

Mais à moins de problèmes majeurs et parce que la pression se fait également sentir sur les ambulanciers, ils suggèrent fortement à la population de se rendre directement dans une autre urgence de Sherbrooke ou de Magog.

«Allez vers d'autres ressources», demande le coordonnateur aux communications chez Dessercom Francis Brisebois. « Il y en a plusieurs dans notre vaste réseau de la santé. Je pense notamment aux pharmaciens qui peuvent répondre à vos questions. Le 8-1-1 est aussi disponible pour tout le monde qui appelle.»

La situation est rendue à ce point critique qu'elle fait dire à la députée solidaire de Sherbrooke, Christine Labrie, qu'il est temps que le ministère de la Santé agisse.

«Le CIUSSS ne peut pas faire de miracles tout seul. Ce que ça prend ce sont des incitatifs, notamment financiers, pour attirer plus de gens dans le réseau. Il faut aussi stimuler le volontariat pour offrir plus d'heures.»

Le maire de Coaticook apprécierait également une meilleure écoute de la part du CIUSSS.

«Quand on peut parler ensemble, on peut trouver des solutions ensemble. Quand c'est unilatéral, on se rive le nez et on a ce que l'on a.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.