/opinion/columnists
Navigation

Une féministe boudée par nos féministes

Coup d'oeil sur cet article

Le régime chinois qui fait de l’espionnage industriel à grande échelle et qui finance nos universités pour mettre la main sur des données sensibles. 

Un journaliste saoudien assassiné et dépecé dans une ambassade en Turquie. 

Des dissidents russes empoisonnés à l’étranger. 

Une critique du régime iranien vivant aux États-Unis sauvée d’un complot visant à la kidnapper.

Décidément, les espions ne chôment pas ! Expert en contre-espionnage semble être un métier d’avenir...

ÇA, C’EST DU SEXISME SYSTÉMIQUE !

L’histoire de la dissidente iranienne est hallucinante.

Journaliste de 44 ans vivant en exil aux États-Unis, Masih Alinejad critique depuis plusieurs années, et au risque de sa vie (et celle de ses proches), le régime liberticide des mollahs iraniens. 

Cette semaine, des procureurs new-yorkais nous ont appris que le FBI avait déjoué un complot visant à kidnapper Mme Alinejad et à la ramener en Iran, où elle aurait probablement été torturée et exécutée. 

Comme l’a souligné, fort justement, mon confrère Luc Laliberté dans un texte très intéressant qu’il a publié sur son blogue hier, difficile, lorsqu’on voit comment les femmes sont traitées en Iran, de ne pas penser « aux Québécois et aux Québécoises qui, écœurés des mesures sanitaires, crient ici à la dictature ».

Ces complotistes qui se plaignent la bouche pleine devraient se garder une petite gêne et s’abonner au compte Twitter et à la page Facebook de Masih Alinejad.

Ils apprendraient ce qu’est une véritable dictature. 

On pourrait aussi diriger les mêmes critiques vers nos féministes. 

Vous voulez savoir ce qu’est un vrai régime misogyne, qui traite les femmes comme des citoyens de second ordre ?

Cessez pour un instant de combattre le supposé « sexisme systémique » de la langue française qui – scandale ! – préfère « auteure » à « autrice », et regardez du côté de l’Iran.

Ça va remettre certaines de vos critiques en perspective.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

UN SEXISME « ACCEPTABLE » ?

Il y a deux scandales dans l’histoire de Masih Alinejad.

Le fait que le régime iranien ait voulu l’enlever, bien sûr, mais encore le fait que cette militante du droit des femmes ne soit pas défendue par les féministes occidentales de gauche.  

Comme si les féministes nord-américaines et européennes qui ont bu le Kool-Aid de l’intersectionnalité ressentaient un malaise vis-à-vis de son combat, sous prétexte que ce serait raciste et colonialiste de critiquer un régime islamiste ! 

Quand c’est le temps d’attaquer le sexisme des régimes dirigés par des hommes blancs chrétiens, nos féministes sont là !

Mais lorsque vient le temps de critiquer la misogynie des régimes musulmans, je ne sais pas pourquoi, elles se font plus discrètes. 

Pourquoi ?

Il existerait deux formes de misogynie ?

La misogynie « occidentale », qui serait un crime contre l’humanité, et la misogynie « orientale ou africaine », qui serait, je ne sais par quelle opération du Saint-Esprit, plus acceptable, car faisant partie intégrante de la culture de certains peuples considérés comme opprimés de par la couleur de leur peau ?

PAS UNE « VRAIE » FÉMINISTE ?

Cette indignation à deux vitesses ne cesse de m’épater. 

Ayaan Hirsi Ali, une Somalienne qui critique elle aussi – et avec un courage tout aussi impressionnant – les régimes islamistes, a droit au même traitement de la part des féministes occidentales. 

Pourquoi ?