/opinion/blogs/columnists
Navigation

Concours vaccinal: un dur coup pour notre conscience sociale

Concours vaccinal: un dur coup pour notre conscience sociale
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Si on m’avait dit il y a un an qu’il faudrait une loterie pour convaincre une partie de la population de se faire vacciner rapidement, je ne l’aurais jamais cru. Pour moi et, heureusement, pour la majorité des Québécois, recevoir un vaccin, c’était déjà un cadeau. En plus, ça nous donne le sentiment d'apporter notre contribution à la société. Mais il faut croire que ce n’est pas assez pour certaines personnes.

Soyons clairs, je ne suis pas contre l’initiative du gouvernement du Québec. Le ministre de la Santé tente par tous les moyens d’accélérer la campagne de vaccination pour éviter le plus possible une quatrième vague, et c’est un moyen parmi plusieurs autres. On ne peut pas lui reprocher d’être proactif. Mais je n’en reviens pas qu’on en soit rendu là comme société. Faudra-t-il toujours en donner de plus en plus?

Rapport coût-efficacité inconnu

Je doute que cette loto-vaccin puisse avoir un impact chez les antivaccins, les plus récalcitrants. J’ai l’impression qu’on vise principalement les 18-39 ans, ceux qui ne s’opposent pas aux vaccins, mais qui n’en voient pas la nécessité parce qu’ils se sentent moins concernés, moins menacés par le virus. Disons que, pour eux, la vaccination ne fait pas partie des priorités. Pour ces gens, peut-être les prix en argent seront-ils un incitatif.

De surcroît, pour ceux qui ont déjà reçu la première dose mais qui tardaient à faire devancer la deuxième, j’imagine que ça va les encourager à accélérer le pas. Je pense que, dans le contexte actuel, ça vaut le coup d’essayer. Oui, deux millions de dollars, c’est beaucoup d’argent, mais si ça permet de changer la donne et d’éviter la remontée des cas et des hospitalisations, voire un reconfinement, eh bien, au bout du compte, ce sera presque une économie.

Pour l’instant, même si deux autres provinces canadiennes ont déjà annoncé leur propre loto-vaccin, de même que d’autres États américains, il est difficile d'en mesurer l’impact réel sur le taux de vaccination, mais il ne peut être que positif.

L’équité saluée

Quant aux Québécois déjà vaccinés qui seront également admissibles, j’apprécie l’équité. Il aurait été inconcevable qu’on récompense uniquement les retardataires. François Legault se serait mis à dos 83% des citoyens, qui ont déjà reçu leur première dose.

Dire qu’on est rendu là comme société, non, ça ne me réjouit pas. Mais si, pour chaque jalon de pourcentage de vaccination qu’on atteint, ça veut dire 75 000 personnes de plus qui ne seront pas des vecteurs de transmission, ça vaut la peine d’essayer.