/news/society
Navigation

Le maïs sucré de Neuville arrive bientôt et les épis seront de qualité supérieure

Coup d'oeil sur cet article

Très attendue par les Québécois, la saison du blé d’Inde est enfin à nos portes. Les producteurs de maïs sucré de Neuville sont prêts à répondre à la demande et assurent que la qualité est au rendez-vous.

• À lire aussi: Des producteurs de bleuets ont presque tout perdu

Contrairement à la saison 2020, qui avait été devancée de quelques jours, la saison 2021 débutera dans la période habituelle. Toutefois, la qualité des produits sera supérieure, affirme le propriétaire de la ferme Langlois et Fils, Médé Langlois, qui commencera à vendre ses épis dès dimanche ou lundi. 

En effet, bien que le territoire de Neuville soit, de base, très choyé en termes de conditions favorables à la culture du maïs, cette année, la météo a été du côté des agriculteurs. 

« On a pu faire nos semences dans un terrain propice à la plantation, on a eu de la pluie, mais sans excès. Il a fait chaud et humide. À cette température, le blé d’Inde tripe, mais nous, un peu moins », explique le président de l’Association des producteurs de maïs sucré de Neuville, Gaétan Gaudreau, précisant que les journées plus chaudes sont dures. 

Plus de demandes, plus de maïs

Avec l’allègement des mesures sanitaires, les producteurs sont conscients que la demande risque d’être plus élevée que l’année dernière. Néanmoins, ils sont prêts à y répondre. 

« L’année passée, les gens ne pouvaient pas se rassembler pour une épluchette. Maintenant qu’ils sont autorisés à le faire, on se doutait que la demande allait être plus importante, et je crois qu’on a visé juste », a fait savoir Médé Langlois. 

La ferme Jean-Paul Côté a elle aussi prévu une plus grande quantité de produits afin d’être bien préparée. 

« Le téléphone sonne depuis deux semaines, les gens veulent savoir si le maïs est prêt. On reçoit même des commandes via Facebook », ajoute Demsey Côté, qui commencera la vente dans une dizaine de jours, au plus tard.

Le vrai de vrai

Rappelons que le maïs sucré de Neuville est considéré depuis 2017 comme une indication géographique protégée, rejoignant le cercle très fermé des appellations reconnues par le Conseil des appellations réservées et des termes valorisants (CARTV). 

Demsey Côté, Médé Langlois et cinq autres producteurs du coin peuvent ainsi vendre des épis certifiés, marqués d’un logo stipulant qu’il s’agit bel et bien du « vrai » maïs de Neuville.  

À VOIR AUSSI