/news/education
Navigation

Les enseignants et les chercheurs ciblés par du harcèlement

Coup d'oeil sur cet article

Une étude sur le harcèlement et la discrimination chez les membres du corps professoral et les chercheurs de niveau postsecondaire révèle que le tiers des répondantes ont été victimes de harcèlement au cours de la dernière année. 

Chez les enseignants de sexe masculin, c’est 20 % d’entre eux qui ont répondu par l’affirmative, indiquant aussi avoir été la cible de harcèlement.

L’étude «Le harcèlement et la discrimination chez le corps professoral et les chercheurs des établissements postsecondaires du Canada» montre que ce sont les comportements humiliants qui figuraient au sommet du harcèlement dénoncé par les répondants. Vingt-deux pour cent des femmes et 14 % des hommes ont indiqué en avoir fait les frais au cours des 12 mois précédents.

Les insultes verbales (20 % des femmes et 13 % des hommes) ont aussi été signalées comme du harcèlement dans les collèges et les universités au pays.

Le harcèlement envers les enseignants et les chercheurs inclut aussi les menaces (chantage, menaces à la carrière ou à la réputation, menaces physiques), la violence physique et l'attention sexuelle non sollicitée ou le harcèlement sexuel.

«Alors que les femmes étaient systématiquement plus susceptibles que les hommes de déclarer avoir été victimes de harcèlement, cette vulnérabilité accrue était plus prononcée en ce qui concerne l'attention sexuelle non sollicitée et le harcèlement sexuel, l'une des formes de harcèlement les moins courantes», a indiqué Statistique Canada, vendredi.

«En 2019, 7 % des répondantes ont déclaré avoir subi de l'attention sexuelle non sollicitée ou du harcèlement sexuel au cours de l'année précédant l'enquête, ce qui correspond à une proportion environ 3,5 fois plus grande que celle observée chez les répondants (2 %)», a-t-on poursuivi.

Les autochtones, les personnes issues d’une minorité sexuelle ou les gens ayant une incapacité sont encore plus susceptibles d’être harcelés en milieu de travail en contexte postsecondaire, montre l’étude qui s’appuie sur les données de l'Enquête sur le corps professoral et les chercheurs du niveau postsecondaire de 2019.

Quelque 70 % des membres du corps professoral et des chercheurs victimes de harcèlement en milieu de travail ont réagi notamment en confrontant leur harceleur, en signalant la situation à une personne en position d’intervenir ou en déposant une plainte, selon les données exposées.

«D'autres études sont nécessaires pour évaluer les répercussions du harcèlement sur l'avancement professionnel ainsi que pour comprendre l'incidence que les fermetures liées à la pandémie de COVID-19 et le passage consécutif au travail et à l'enseignement en ligne pourraient avoir eu sur le harcèlement et la discrimination chez les membres du corps professoral, les étudiants diplômés et les boursiers postdoctoraux dans l'ensemble des universités et des collèges canadiens», a-t-on indiqué.