/world
Navigation

Les États-Unis « ont échoué dans leurs efforts pour détruire Cuba », selon le président Diaz-Canel

Les États-Unis « ont échoué dans leurs efforts pour détruire Cuba », selon le président Diaz-Canel
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le président cubain Miguel Diaz-Canel a affirmé vendredi que les États-Unis avaient « échoué dans leurs efforts pour détruire Cuba », au lendemain de déclarations de Joe Biden qualifiant Cuba d’« État défaillant qui opprime ses citoyens ».

• À lire aussi - Cuba Libre?

• À lire aussi - Internet, vaccins: Joe Biden prêt à «aider le peuple de Cuba»

« Les États-Unis ont échoué dans leurs efforts pour détruire Cuba, bien qu’ils aient dépensé des milliards de dollars à cette fin », a tweeté le dirigeant communiste, cinq jours après des manifestations historiques contre le gouvernement, qui se sont soldées par un mort, des dizaines de blessés et plus d’une centaine d’arrestations.

Les États-Unis « ont échoué dans leurs efforts pour détruire Cuba », selon le président Diaz-Canel
AFP

« Un État défaillant est un État qui, pour plaire à une minorité réactionnaire et qui lui fait du chantage, est capable de multiplier les dommages à 11 millions d’êtres humains tout en ignorant la volonté de la majorité des Cubains, des Américains et de la communauté internationale », poursuit le président à propos de l’embargo américain, en vigueur depuis 1962 et renforcé sous le mandat de Donald Trump (2017-2021).

Joe Biden avait dit jeudi envisager « plusieurs choses (...) pour aider le peuple de Cuba », un « État défaillant qui opprime ses citoyens ».

Il a notamment annoncé se tenir prêt à y envoyer des « quantités importantes » de vaccins anti-Covid « si, de fait (il) étai(t) certain qu’une organisation internationale administrerait ces vaccins et le ferait de manière à ce que les citoyens aient accès à ces vaccins », Cuba n’ayant pas adhéré au programme onusien Covax.

Les États-Unis vérifient par ailleurs s’ils disposent des « capacités technologiques » nécessaires au « rétablissement » de l’internet mobile coupé sur l’île communiste, a-t-il ajouté.

« Si le président Joseph Biden avait une préoccupation humanitaire sincère pour le peuple cubain, il pourrait supprimer les 243 mesures mises en place par le président Donald Trump, dont plus de 50 cruellement imposées pendant la pandémie, comme premier pas vers la fin du blocus », lui répond également vendredi le président cubain.