/sports/football/alouettes
Navigation

Alexandre Dupuis: le couteau entre les dents

Alexandre Dupuis: le couteau entre les dents
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Le centre-arrière Alexandre Dupuis fera tout en son pouvoir pour percer la formation des Alouettes de Montréal et être en uniforme pour le premier match de la saison contre son ancienne équipe, le samedi 14 août, à Edmonton. 

• À lire aussi: Khari Jones sensible à la cause des Québécois

• À lire aussi: Les Alouettes ajoutent Alexandre Dupuis

«Je ne vous mentirai pas que je veux gagner ce match-là, mais en même temps je veux gagner toutes les parties, a indiqué Dupuis, en visioconférence. Je vais être intense, je vais jouer au football, mais je vais peut-être y aller de quelques coups de plus.»

«Je vais vouloir leur montrer que j’ai ma place dans cette ligue-là», a-t-il ajouté, en faisant allusion aux dirigeants des Elks.

Décidément, la relation s’est mal terminée entre les Elks d’Edmonton et Dupuis qui, après un renouvellement de contrat en février, s’est rapidement fait montrer la porte de sortie avant même son départ du Québec pour le début du camp.

«Quand j’ai été libéré par Edmonton, c’est sûr que ce n’était pas facile, a reconnu celui qui a joué deux saisons avec les défunts Eskimos, après un précédent passage de trois ans avec les Argonauts de Toronto. Tu travailles en fonction de faire l’équipe et juste avant le camp, on te retire le droit de pratiquer. Mais j’ai dû regarder devant. Il fallait que je fasse mes boîtes et que je quitte l’appartement que j’avais là-bas avant le 1er juillet.»

Une année mouvementée

Les Alouettes ont récupéré le ballon et embauché le Québécois dès le 30 juin. Il s’agissait là enfin d’une heureuse nouvelle pour Dupuis qui, en janvier, avait vu son condo qu’il partage avec sa copine, la plongeuse Meaghan Benfeito, s’envoler en fumée. Une dernière année mouvementée, s’il en est une, pour le couple d’athlètes.

«C’est ce que je répète souvent à ma copine, Meaghan, on contrôle ce qu’on peut contrôler», a philosophé le centre-arrière, en parlant notamment de l’incendie et du report d’un an des Jeux olympiques en raison de la pandémie de COVID-19.

S’il se concentre sur la tâche à accomplir chez les Alouettes, Dupuis ne cache pas qu’une partie de son cœur sera d’ailleurs à Tokyo pendant les prochains Jeux.

«Je suis quasiment plus excité de la voir plonger que notre propre début de saison», a lancé le sympathique joueur de football, en parlant de Benfeito.

Quasiment.