/news/cannabis
Navigation

Le cannabis domestiqué il y a 12 000 ans en Chine

Coup d'oeil sur cet article

Des chercheurs affirment avoir découvert que le cannabis a été cultivé par l’homme pour la première fois il y a environ 12 000 ans en Chine, selon une étude basée sur l’analyse de génomes de plants provenant du monde entier. 

L’étude, publiée vendredi dans la revue Science Advances, explique que l’histoire génomique de la domestication du cannabis n’a pas été suffisamment étudiée par rapport à d’autres espèces cultivées, en grande partie à cause des restrictions légales.

Les chercheurs ont donc compilé 110 génomes entiers couvrant tout le spectre du cannabis, allant des plantes sauvages, aux cultivars (variété d’une espèce végétale obtenue artificiellement pour être cultivée) historiques, jusqu’aux hybrides modernes utilisés pour le chanvre et la drogue.

L’étude assure avoir déterminé « l’époque et l’origine de la domestication, les schémas de divergence post-domestication et la diversité génétique actuelle ».

« Notre datation génomique suggère que les premiers ancêtres domestiqués des types de chanvre et de drogue ont divergé du cannabis basal » il y a environ 12 000 ans, « ce qui indique que l’espèce avait déjà été domestiquée au début du néolithique », selon cette étude.

« Contrairement à une opinion largement acceptée, qui associe le cannabis à un centre de domestication des cultures en Asie centrale, nos résultats sont cohérents avec une origine unique de domestication du cannabis sativa en Asie de l’Est, en accord avec les premières preuves archéologiques », estiment également les auteurs.

Le cannabis est utilisé depuis des millénaires pour les textiles, de même que pour ses propriétés médicinales et psychotropes.

L’évolution du génome du cannabis suggère que la plante a été cultivée à des fins multiples pendant plusieurs millénaires, selon la même étude.

Les variétés actuelles de chanvre et de drogue proviendraient de cultures sélectives initiées il y a environ 4 000 ans, optimisées pour la production de fibres ou de cannabinoïdes. La sélection a donné naissance à des plantes de chanvre hautes, non ramifiées, avec plus de fibres dans la tige principale, et à des plantes de marijuana courtes, bien ramifiées, avec plus de fleurs, maximisant la production de résine.

L’étude a été dirigée par Luca Fumagalli de l’Université de Lausanne et a impliqué des scientifiques de Grande-Bretagne, de Chine, d’Inde, du Pakistan, du Qatar et de Suisse.