/finance/news
Navigation

Carte rabais sur l'essence: cadeaux empoisonnés

Hand Hurricane Preparedness Fill Car Tanks
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Quand il a reçu par courriel une offre de Tuango annonçant une économie pouvant atteindre 25 % sur une « carte rabais » sur l’essence, André Blondin n’a pas hésité. Il en a acheté quatre au prix de 56 $ chacune, alors que la valeur affichée montait à 75 $.  

Total : 224 $. 

Économie promise : 76 $.  

25 % moins cher, le compte est bon !  

Une bonne affaire ? Non !  

En fait, par rapport au prix du litre d’essence de 1,30 $, l’automobiliste fait une économie réelle de moins de 1 %, soit un cent et des poussières par litre. Pas terrible, c’est moins que l’écart de prix qu’on retrouve parfois entre deux stations-service situées à moins d’un kilomètre de distance. En plus, au rythme où il roule avec son auto, André Blondin estime qu’il lui faudra presque cinq ans pour épuiser le contenu en argent de ses quatre cartes. 

Comment est-ce possible ? 

L’illusion des rabais 

La publicité est alambiquée et racoleuse à souhait, à la limite mensongère (comme c’est souvent le cas, direz-vous). Là, c’est grossier.  

Le titre, d’abord : « Épargnez jusqu’à 25 % sur une carte rabais sur l’essence ». On propose deux options, voici celle dont s’est prévalue André Blondin : 

« Payez 56 $ et obtenez une carte électronique de rabais sur le carburant Prix Privilèges pour des économies de 0,05 $ par litre jusqu’à 1500 litres (une valeur de 75 $). » 

On pourrait parler de « rabais » si on nous donnait la carte, mais on nous la vend. Donc, c’est de l’essence « prépayée ». Si ce n’était que ça, on n’en ferait pas une histoire. Après quelques pleins, les cartes seraient vidées, et notre automobiliste aurait profité d’un deal correct qui lui aurait fait voir de manière favorable l’enseigne de la pétrolière Exxon Mobil.  

La passe ici, c’est que le consommateur doit distiller le contenu de sa carte au rythme de 0,05 $ au litre acheté à la pompe. Voilà comment ces génies du marketing en sont venus à appeler ça une « carte rabais ». Elle permet de payer 5 cents de moins le litre au moment de faire le plein, mais ces 5 cents ont été payés à l’avance. Et ils appellent ça faire « des économies ».  

Le 25 % qu’épargne le client dans l’offre d’Esso s’applique uniquement sur cette petite portion de 5 cents. 

Attaché à Esso 

Combien y a-t-il de 5 cents dans les 300 $ renfermés dans les quatre cartes d’André Blondin ? 6000 ! Il lui faudra donc brûler 6000 litres d’essence pour récupérer tout son argent. Il évalue sa consommation à 25 litres par semaine, soit 1300 litres par année. Plus de quatre ans et demi seront nécessaires pour dépenser l’argent stocké dans ses cartes, et pour peu qu’il « gaze » toujours chez Esso. Il a le temps, d’ici là, de se convertir à l’auto électrique. 

Ça nous permet aussi de mettre la promotion en perspective. Si le prix du litre se maintient à 1,30 $, ce n’est qu’après avoir claqué 7800 $ en carburant que l’automobiliste aura profité de son économie de 76 $. 

Il n’avait pas encore utilisé ses « cartes rabais » que le consommateur a compris l’impasse.

Pas de remboursement 

Il a aussitôt demandé de se faire rembourser. Tuango a fait valoir que la promotion était clairement expliquée et qu’il n’accordait pas de remboursement, comme stipulé au moment de l’achat. 

Clairement ? C’est discutable. Le principe derrière cette « carte rabais » est tellement idiot qu’il sème le doute et l’incompréhension. On pense d’abord à une erreur de traduction. Mais non. Le concept consiste vraiment à inviter les consommateurs à immobiliser leur argent de manière à ce qu’ils ne puissent plus le dépenser qu’au compte-gouttes pour acheter de l’essence au même endroit, et ce, en leur faisant croire qu’ils économisent.  

« L’employé du service à la clientèle chez Tuango m’a répondu que je pouvais en faire cadeau », relate André Blondin.  

C’est ce qu’il compte faire, mais pas à des proches, ce serait embarrassant.

« Je vais les donner à un chauffeur de taxi. » 

Morale de l’histoire : toujours bien lire les offres promotionnelles et sortir sa calculatrice. Avant d’acheter. 

Tuango s’en lave les mains 

Le PDG de Tuango, Jérôme Guidollet, reconnaît que l’offre n’est pas fameuse et souligne que « la carte rabais carburant Esso est une initiative d’Esso et que Tuango n’agit qu’à titre de canal de promotion ».  

Il me semble que c’est le genre de promotion susceptible de ternir la réputation d’un site qui dit promettre des « expériences inoubliables » et des « idées cadeaux originales à prix imbattables ». Après s’être fait avoir une fois, on se méfie.  

Le patron de la boîte dit vrai, une recherche sur Google permet de trouver le produit ailleurs, présenté tantôt comme une carte « privilège » (quel privilège ?), tantôt comme une carte « cadeau »... 

Au sujet de cadeau, donnez donc de l’argent à la place, c’est plus vulgaire que des fleurs, mais moins que du « gaz ».

À part peut-être pour les chauffeurs de taxi.