/finance/news
Navigation

Rénovations vertes: une tendance là pour durer

CASA 0717 Hortense Rénos vertes
PHOTO COURTOISIE, LES PROJETS DE NICOLAS Cette superbe cuisine jouit d’un look issu de la récupération de matériaux.

Coup d'oeil sur cet article

Les travaux de rénovation constituent un moyen de mettre à jour l’intérieur et l’extérieur d’une habitation. De plus en plus de propriétaires décident d’ajouter des pratiques et caractéristiques vertes et durables à leurs projets de rénovation. Est-ce qu’il s’agit d’une tendance là pour durer ? Éléments de réponse avec des experts.

Une question de valeurs

Pourquoi les Québécois s’enthousiasment-ils pour les rénovations vertes ? « Il s’agit d’une question de valeurs, explique Francis Gendron, cofondateur de Solution ERA, qui offre des formations en bâtiments écologiques. Les consommateurs souhaitent prendre part à un mouvement plus large qui consiste à prendre soin de la planète. »

L’expert en habitation écologique pointe l’intérêt et l’engouement grandissants pour la protection de l’environnement. Une prise de conscience qui pousse les consommateurs à se tourner vers des options plus vertes et plus durables dans de nombreux aspects de leur vie. On pense à l’alimentation biologique ou encore aux voitures électriques. « Dans le cadre de l’habitation, la construction neuve de maisons écologiques et les rénovations écologiques sont en plein essor », note-t-il.  

Une économie d’argent

Outre les valeurs écologiques, pourquoi entreprendre des rénovations vertes plutôt que des rénovations traditionnelles ? Pour son portefeuille !

Les rénovations vertes portant sur l’efficacité énergétique de l’habitat sont doublement gagnantes : elles permettent de suivre des valeurs écologiques, tout en réduisant la facture énergétique.

En améliorant la performance et l’efficacité énergétique de sa maison, le propriétaire réduit considérablement ses dépenses d’occupation, entre autres sa facture énergétique. 

Des subventions à aller chercher

Signe que cette prise de conscience globale est dans l’air du temps, les gouvernements, au niveau provincial et fédéral, encouragent ces pratiques de rénovations vertes à l’aide de subventions. 

Lancé il y a quelques années au Québec, le programme Rénoclimat a fait l’objet de diverses améliorations au cours des années. « Je trouve que la subvention Réno-Climat identifie avec justesse les rénovations à encourager, qui je crois, sont dans l’intérêt du client, car elles sont écoabordables, à la fois écologiques et rentables dans le temps », explique Francis Gendron. 

Le gouvernement fédéral a tout récemment lancé la Subvention fédérale pour des maisons plus vertes, qui offre une subvention allant jusqu’à 5000 $. Il faut savoir qu’au Québec, les propriétaires doivent s’inscrire au programme Rénoclimat pour bénéficier de cette nouvelle subvention. L’aide financière offerte par Rénoclimat est ajustée pour chaque participant en fonction des travaux effectués et du montant offert par le programme fédéral. 

Le choix gagnant de la durabilité

En amont des rénovations, il faut faire les bons choix, notamment en matière de matériaux durables et de qualité. Les anciens matériaux peuvent quant à eux être récupérés et réutilisés, même dans un contexte différent. Certains propriétaires et entrepreneurs font d’ailleurs le choix de donner ces anciens matériaux, pour qu’ils aient une nouvelle vie. 

Certains propriétaires et entrepreneurs font d’ailleurs le choix de donner des matériaux issus de rénovations. Ici, des roches à donner.
PHOTO COURTOISIE, LES PROJETS DE NICOLAS
Certains propriétaires et entrepreneurs font d’ailleurs le choix de donner des matériaux issus de rénovations. Ici, des roches à donner.

Pour Francis Gendron, il faut toujours se poser la question de la durabilité et de la qualité. « Il faut faire un petit calcul parfois. À la quincaillerie, vous allez trouver un produit 20 à 25 % moins cher que l’autre, mais l’autre durera deux à trois fois plus longtemps. Il faut penser au long terme. Sur le court terme, on va peut-être sauver de l’argent avec le produit moins cher, mais sur le long terme, il y aura un coût environnemental et financier. »

3 rénovations vertes pour améliorer l’efficacité énergétique     

Voici trois rénovations vertes, admissibles à une subvention dans le cadre de la nouvelle initiative Subvention canadienne pour des maisons plus vertes, qui vont améliorer l’efficacité énergétique de la maison et réduire la facture énergétique. 

1. Installer des fenêtres plus performantes  

Remplacer des fenêtres brisées 
par de nouvelles fenêtres au double, 
voire triple vitrage, permet de 
minimiser les pertes d’énergie.
PHOTO COURTOISIE, LES FILLES DE LA CONSTRUCTION
Remplacer des fenêtres brisées par de nouvelles fenêtres au double, voire triple vitrage, permet de minimiser les pertes d’énergie.

Toute maison a de la déperdition de chaleur par les fenêtres. Nicolas Girouard, de Les Projets de Nicolas, une entreprise en rénovation résidentielle suivant des principes écologiques, conseille de changer ces fenêtres si elles sont abîmées ou ne ferment plus. « Le mieux, c’est le triple vitrage, conseille-t-il. C’est un petit investissement supplémentaire que le verre double, mais le client va profiter de trois avantages : moins de chauffage en hiver, moins de climatisation en été, et un meilleur confort auditif. »

2. Ajouter une thermopompe  

« Pour une vieille maison, ajouter une thermopompe au système va vous faire sauver de l’argent de manière considérable », explique Francis Gendron, cofondateur de Solution Era. 

Nicolas Girouard explique que la thermopompe a l’avantage de demander le tiers de l’énergie que demande le chauffage radiant ou chauffer l’air. « Ce qui coûte habituellement 100 $ va coûter 30 $. Il faut bien entendu tenir compte du coût de l’installation, entre 3 500 $ à 10 000 $. Est-ce que l’investissement en vaut la peine sur le long terme ? La réponse est oui, presque toujours. »

3. Améliorer l’isolation  

Améliorer l’isolation du bâtiment 
permet d’augmenter son 
efficacité énergétique et de 
réduire sa facture.
PHOTO COURTOISIE, LES FILLES DE LA CONSTRUCTION
Améliorer l’isolation du bâtiment permet d’augmenter son efficacité énergétique et de réduire sa facture.

Dans le cas de travaux de rénovation majeurs, Francis Gendron conseille d’améliorer l’isolation du bâtiment, ce qui permet de ralentir le taux de perte de chaleur, avec pour conséquence moins de consommation d’énergie et une économie d’argent. Le propriétaire peut améliorer l’isolation des murs extérieurs, des plafonds du grenier, des planchers exposés, du sous-sol et des fondations.  

Un impact environnemental moindre, mais réel     

S’engager dans des travaux majeurs – construire neuf ou faire des rénovations – engendre des impacts environnementaux dont il faut être conscient. « La première question à se poser est : est-ce que j’en ai vraiment besoin ? Est-ce que ces rénovations vont m’apporter beaucoup d’avantages ? Il vaut la peine de challenger l’idée des rénovations », précise Francis Gendron. 

« L’une des choses les plus écologiques que nous pouvons faire est de restaurer les éléments existants lorsqu’ils sont de qualité, au lieu de les changer, explique Marie-France Côté Nolet, fondatrice de Les Filles de la construction. Cela ne coûte pas nécessairement moins cher, mais côté écologie, ça fait toute la différence. »

Restaurer des éléments existants 
lorsqu’ils sont de qualité, au lieu 
de les changer, est une démarche 
hautement écologique.
PHOTO COURTOISIE, LES FILLES DE LA CONSTRUCTION
Restaurer des éléments existants lorsqu’ils sont de qualité, au lieu de les changer, est une démarche hautement écologique.

Pour réduire son empreinte écologique lors de travaux rénovations, il convient de faire le bon choix des matériaux, selon, entre autres, leur provenance (on privilégie le local) et leur durabilité.