/entertainment/movies
Navigation

«Roadrunner: A Film About Anthony Bourdain»: retrouver Anthony Bourdain

«Roadrunner: A Film About Anthony Bourdain»: retrouver Anthony Bourdain

Coup d'oeil sur cet article

Si vous êtes comme moi, Anthony Bourdain vous manque. Sa voix, ses voyages, ses observations, ses commentaires. Et la bouffe! C'est lui que l’on a l’immense bonheur de retrouver le temps du documentaire «Roadrunner: A Film About Anthony Bourdain». 

Dès les premières phrases, on reconnaît sa voix presque oubliée depuis son suicide en 2018. Il parle de la mort, la sienne. De son corps, de ce qu’il ne veut pas. Pas de cérémonie, pas de «party». Rien. Une simple crémation.

Puis, il parle de sa vie. De ses erreurs. De la drogue, des excès, des leçons apprises et de la chance qu’il a eue de commencer sa carrière par accident. Puis de son livre à succès, «Kitchen Confidential: Adventures in the Culinary Underbelly». On le voit signant des autographes, faisant des lectures publiques de son ouvrage. Le succès inattendu, brutal et son passage dans toutes les émissions de télévision... y compris celle d’Oprah Winfrey.

Partout, il y a son humour, son autodérision, son cynisme. On présente des entrevues avec son éditrice, la productrice de sa première émission de télévisée, des amis, des collègues, ses anciens patrons, collègues. On le voit cuisiner, fumer, boire, «vivre de grandes aventures», ainsi qu’il le souligne.

Charmeur, timide, fragile, Anthony Bourdain est aussi pénible en raison de son caractère, des exigences du métier de présentateur d’émission. Là encore, ses anciens collègues témoignent avec sincérité et beaucoup de compassion et d’amour de leurs difficultés à travailler avec lui. Il découvre le Vietnam, tombe amoureux du pays, parcourt le monde devant une caméra, essaye tout, s’épanouit dans les extrêmes.

Il vit à 100 à l’heure, divorce, se remarie, a une fille, lui qui avait déclaré qu’il ne voudrait jamais d’enfant. Il est gâteux devant l’adorable petite dont on découvre des images d’enfance. Anthony Bourdain se transforme alors en père attentif, aimant. Car, si l’homme public est un personnage haut en couleur, l’homme privé, lui, est différent. Il est sentimental, attentionné, romantique.

En près de deux heures, on découvre un Anthony Bourdain méconnu, dont on ne saisissait que des bribes lors de son émission «Parts Unknown» sur CNN. On ne saura jamais vraiment les raisons qui l’ont poussé à se pendre dans une chambre d’hôtel alors qu’il tournait un épisode en France. Mais on retrouvera, le temps du documentaire, cet homme ô combien attachant, bouillonnant et constamment à l’écoute des autres. Et ça, c’est un formidable cadeau.

  • Note: 4 sur 5
  • «Roadrunner: A Film About Anthony Bourdain» a pris l'affiche dans les cinémas de chez nous.