/sports/opinion/columnists
Navigation

Roberge, Chrétien, Pascal et les gros noms

Centre Gervais Auto
Photo Vincent Ethier, Eye of the Tiger Management Le Centre Gervais Auto de Shawinigan était tout beau pour accueillir la grande famille de la boxe, hier soir.

Coup d'oeil sur cet article

SHAWINIGAN | Jean-François Roberge, le ministre de l’Éducation assistait au gala au Centre Gervais. Il accompagnait Alain Gravel, le vice-président marketing des piscines Trevi. Le gars qui vend des piscines plus vite que son ombre. Le « Oscar Rivas » de la radio.

Les deux ont marié deux grandes amies il y a 25 ans. Ce sont des avocates, donc, elles négocient tout et les deux gars sont devenus deux grands amis. Quand ils sont à la boxe, elles ont une soirée de filles.

Le ministre est discipliné. Il a donné du coude toute la soirée et n’a jamais baissé son masque... même pour poser avec le maire Michel Angers. Geneviève Guilbault aurait été contente de lui. 

Mais si le ministre a regardé et écouté le monde, il a dû réaliser que les gens en avaient plein le masque des faux policiers qui les surveillent. 

Mais il a aussi raison quand il dit que la double dose de vaccin demeure le meilleur moyen de se sortir de ce bourbier. À vos aiguilles donc. Je devrais recevoir une troisième dose en décembre. Tant que le doc Alain Cirkovic me garantit que ça ne fera pas rouiller mes genoux artificiels, y peuvent bien se rendre à dix...

Yves-François Blanchet, le chef du Bloc Québécois et vrai chef d’opposition à Ottawa est arrivé pour la demi-finale. Même s’il représente un comté de la Rive-Sud, il demeure à Shawi puisqu’il a épousé une femme de la région. Il est resté poli, mais j’ai compris qu’il n’irait pas souper avec Justin Trudeau. Il s’ennuierait trop. Disons que ce n’est pas Pierre Elliott, son père. Il vise une quarantaine de comtés au Québec. 

AUBÉ ET LE PARC OLYMPIQUE

Jacques Aubé était le président d’evenko quand Geoff Molson a décidé de procéder à des changements. Même si une super compétence travaille 80 heures par semaine, quand un boss est tanné, y est tanné.

Jacques Aubé n’a pas pleuré sur son sort. Il s’est enfin reposé au soleil et a repris goût à l’action.

Pendant la finale, vous avez sans doute remarqué les visionnements de matchs du Canadien organisés devant le Stade olympique. Il y avait du Jacques Aubé derrière ce bel évènement.

Aubé, qui était à Shawinigan hier soir pour encourager Camille Estephan, a décroché un mandat important du gouvernement du Québec pour faire fructifier l’exploitation du stade et du parc : « La nouvelle loi permet d’être plus proactif dans l’exploitation communautaire et commerciale du Parc olympique. Le stade a besoin d’amour, mais ça reste un important actif pour Montréal. Il y a beaucoup de travail, à commencer par un solide plan d’affaires, à mener à bon port. Je suis très heureux de ce mandat », de dire Aubé.

Cet homme a plus d’expertise dans son petit doigt que tous les faiseux qui vendent leur salade aux bureaucrates des gouvernements.

DES NOUVELLES DE PASCAL

Jean Pascal était au Bordel, ce bar très spécial de Montréal, jeudi soir. Il était de belle humeur. Hier, il a pris l’avion pour Las Vegas pour un voyage mêlant affaires et loisirs. 

À un moment donné, il va prendre le temps de s’expliquer sur tout ce qui s’est passé au cours de la dernière année. Par ailleurs, Steven Butler et Mathieu Germain ont fait une saucette à Shawinigan. Ils ont suivi avec passion le gala d’Eye Of The Tiger Management.

LE GALA DE GYM RETARDÉ

Le gala présenté par Groupe Yvon Michel était prévu pour le 20 août. Le 25, il devait nous rejoindre à Québec pour une randonnée en moto jusqu’à Natashquan. Quand j’ai su qu’il ne pouvait être avec la bande du Kid, j’ai compris que son gala avait été retardé. Ce sera donc le 28 août, si tout va bien. La leçon est simple : quand tu fais de la moto, tu apprends beaucoup de choses...

4e LIVRE POUR JEAN CHRÉTIEN 

Ce n’était pas encore la normalité, mais le gala de Shawinigan avait quand même une chaleur humaine. On pouvait se parler, on pouvait rencontrer du monde. On a cependant noté l’absence de Jean-Marc Gagné, de Denis Coderre, de Justin Trudeau et de Geneviève Guilbault.

La veille, j’ai eu le plaisir de piquer une jase avec l’ancien premier ministre du Canada, M. Jean Chrétien. Il mangeait avec des dirigeants de Parcs Canada au St-Antoine à Sainte-Flore, un beau village à une dizaine de minutes de Shawinigan.

M. Chrétien est dans une forme resplendissante. Il était content de revoir son séparatiste favori : « Je suis sur le point de publier mon prochain livre. Il va s’appeler D’autres histoires. Avec des petites anecdotes que j’appelle des pots-pourris. On m’a déjà accusé de n’avoir pas lu un seul livre dans ma vie. Pas pire pareil, j’en aurai quand même écrit quatre ! », de dire M. Chrétien.

Hier était la soirée parfaite pour compléter une méchante ballade dans le Journal

Le Canadien a fait du bien à tout le monde et la boxe cette semaine a permis de concrétiser que le cauchemar achève. On l’espère. C’est le temps des vacances.

Cela dit, à moins que je ne m’installe pour de bon à Natashquan avec mon Harley, on devrait se retrouver quand les feuilles vont commencer à frémir...