/sports/football/alouettes
Navigation

Vernon Adams fils : un meneur incontesté

Vernon Adams fils : un meneur incontesté
Photo Agence QMI, Thierry Laforce

Coup d'oeil sur cet article

Quand le receveur de passes Naaman Roosevelt a été embauché par les Alouettes, en février 2020, le quart-arrière Vernon Adams fils a tôt fait de rejoindre son nouveau coéquipier pour lui souhaiter la bienvenue avec le club montréalais.

• À lire aussi: Khari Jones sensible à la cause des Québécois

«Lorsque j’ai signé avec les Alouettes, il m’a texté, c’est la preuve de son leadership, a raconté Roosevelt, samedi, lors d’une visioconférence en marge du camp d’entraînement tenu aux abords du Stade olympique. On le sent déterminé à faire encore mieux qu’en 2019.»

Pour aider Adams fils et les Alouettes à surpasser leur fiche de 10-8 présentée à leur plus récente saison, Roosevelt risque d’ailleurs d’être un bon complice pour le quart-arrière.

«Je ne ressens pas de pression, a noté le receveur éloigné de 33 ans, qui a pour sa part déjà joué cinq campagnes avec les Roughriders de la Saskatchewan, dans la Ligue canadienne de football (LCF). Je suis plus excité d’être de retour, après avoir été si longtemps à l’extérieur du terrain.»

Avant de passer à la LCF, où il a connu deux campagnes de plus de 1000 verges de gains par la voie des airs, Roosevelt a notamment joué 16 matchs dans la NFL avec les Bills de Buffalo en 2010 et 2011.

Une chimie à développer

En souhaitant demeurer un bon meneur, Adams fils a évité le piège au moment de statuer si une intéressante chimie s’installait avec un nouveau receveur de passes en particulier, que ce soit Roosevelt ou un autre.

«Nous n’avons pas joué au football depuis si longtemps, la chimie est à refaire avec tout le monde», a-t-il glissé, sourire en coin.

Adams fils a néanmoins mentionné le nom de son fidèle complice Eugene Lewis, qui fut sa principale cible avec 1133 verges de gains par la passe en 2019.

«Je ne veux pas dévoiler nos secrets, mais nous avons encore quelques petites choses à travailler, Geno et moi, mais ce n’est rien de spécifique», a indiqué le quart-arrière.

Énergie et fougue

Au-delà des receveurs, Adams fils bâtit également une excellente relation avec les joueurs de la ligne offensive, selon certains propos tenus par le Québécois Philippe Gagnon.

«Vernon nous met en confiance, il contrôle son caucus et a une bonne communication avec tout le monde, a-t-il décrit. C’est un excellent leader. On le voit avec son énergie et sa fougue. Surtout, il est capable de changer des jeux qui étaient mal partis pour en faire des jeux spectaculaires.»

«Je veux être plus constant et me faire confiance pour bien lire les jeux, a complété Adams fils. Il faut travailler là-dessus chaque jour.»