/entertainment/tv
Navigation

«Ainsi va Manu»: Cindy Charles et l’envie de changer les choses

«Ainsi va Manu»: Cindy Charles et l’envie de changer les choses
PHOTO COURTOISIE/ Unis TV

Coup d'oeil sur cet article

Le premier grand rôle de Cindy Charles à l’écran est positif et joyeux. Sa Manuela de la web-série «Ainsi va Manu» est plongée au coeur de la «rénoviction», mais ne baisse pas les bras. 

Dans l’histoire, Manuela, sa mère et son petit frère doivent vivre avec la forte possibilité d’être évincés de leur appartement par un constructeur immobilier. Malgré la gravité du sujet, l’adolescente de 16 ans apprend à négocier avec la situation.

«J’ai reconnu son aspect héroïque, mais j’ai aussi compris son humour, sa façon d’aborder les choses, son processus d’émotions. Tout ça m’a attirée vers elle», explique Cindy Charles, qui voit en Manuela un exemple pour contrer le découragement.

«Je pense qu’elle peut être une bonne source d’inspiration. C’est important d’avoir cette envie de changer les choses et de réaliser qu’il y a un système derrière ça, mais de ne pas laisser ça nous rendre cyniques et penser qu’on ne peut pas changer les choses. Il y a toujours une action qui peut être accomplie...»

«Ainsi va Manu»: Cindy Charles et l’envie de changer les choses
PHOTO COURTOISIE/ Unis TV

Diversité accueillante

Grâce au plateau de «Ainsi va Manu», installé à Toronto, Cindy Charles a pu apprécier une grande diversité culturelle. Entre les prises, les gens parlaient en français, mais aussi en anglais et en espagnol.

Sa rencontre avec Josiane Blanc, l’une des nombreuses femmes liées à ce projet, a également été un moment fort.

«La réalisatrice, Josiane, est une femme noire haïtienne, informe la comédienne. Juste avec le contact qu’on avait ensemble, je pouvais comprendre les références qu’elle me donnait et l’émotion qu’elle voulait que je ressente. On avait des références culturelles similaires. C’est un cadeau.»

De plus, cette rencontre a été salvatrice quant à la compréhension de la problématique d’habitation actuelle qu’est la «rénoviction».

«C’est un sujet quand même lourd, et on le voit beaucoup dans le personnage de ma mère (jouée par Sandra Dorélas, NDLR), précise Cindy Charles. Mon personnage amène ce côté léger, de rire et de comédie, mais on s’en est parlé avec Josiane et ça m’a ouvert les yeux sur ce qui se passait.»

«Ainsi va Manu»: Cindy Charles et l’envie de changer les choses
PHOTO COURTOISIE/ Unis TV

Agréable retour

Avant d’hériter du rôle-titre de la série «Ainsi va Manu», Cindy Charles n’avait eu droit qu’à de la figuration à la télévision, dont deux ans devant les caméras de «Toute la vie». Pour jouer avec vérité cette adolescente qui a cinq ans de moins qu’elle, la jeune femme a pu compter sur des séances de coaching.

«Je me suis aussi remise dans l’enfance, ajoute l’actrice. J’ai écouté beaucoup de films que je regardais quand j’étais jeune, j’ai recommencé à faire des coiffures que je faisais quand j’étais plus jeune. J’avais un collier qui ressemblait à celui de Manuela, alors je le portais. Tout ça me ramenait beaucoup dans ma jeunesse.»

«Je pensais que j’étais tellement passée à autre chose que je me demandais si j’allais être capable de retrouver ce coeur d’enfant, mais ce rôle-là m’a permis de réaliser que j’ai encore cette joie de vivre et ce côté enfant.»

Les sept épisodes de la première saison de «Ainsi va Manu» peuvent être visionnés à l’adresse tv5unis.ca.