/opinion/columnists
Navigation

Bravo Roger

Deux phénomènes, Roger Beaudoin et Conrad Lassonde (mortaise).
Photos courtoisie Deux phénomènes, Roger Beaudoin et Conrad Lassonde (mortaise).

Coup d'oeil sur cet article

De son petit appartement, rue Arbour, le corps bien droit, le pas alerte, Roger marchera vers le centre du village et il s’arrêtera probablement au petit Resto d’Émélie.

Comme d’habitude, ceux qui le connaissent, soit tout le monde, le salueront comme un vieil ami, mais aussi comme une véritable légende.  

En cette belle journée du 18 juillet, Roger Beaudoin vit quelque chose de phénoménal que très peu de gens auront la permission d’atteindre.  

Roger célèbre ses 100 ans et, qui plus est, il ne les fait drôlement pas. 

Dans notre village de Sainte-Émélie-de-l’Énergie, cet homme qui a passé une partie de sa vie sur les chantiers de bûcherons a su allier pendant des années la nature de son travail à des sports, des épreuves, des tours de force extraordinaires.  

Il était celui qui apparaissait dans des concours de sciage et de coupes au godendart, à la sciotte, à la hache et qui représentait notre fief avec énormément de fierté.

Tout comme je me souviens, dans mon enfance, m’être rendu avec mon père en bordure du St-Maurice, pour voir passer Roger Beaudoin dans la fameuse course de canot annuelle entre La Tuque et Trois-Rivières.  

Roger a toujours été un compétiteur accompli, amuseur et amusant, tout en ayant un talent incroyable de raconteur. 

Roger Beaudoin c’était le sport loin dans la campagne avec les moyens du bord et c’était un athlète exceptionnel.  

Bonne fête, Roger, un des meilleurs amis de mon père, l’autre Roger qui, lui aussi, aurait eu 100 ans le 11 juin dernier s’il ne nous avait pas quittés en 1998.

BRAVO CONRAD

Dans le même sens, Conrad Lassonde, pour la seule fois dans ma vie, m’a fait pleurer pendant une entrevue que je réalisais avec lui dans le vestiaire de l’aréna de Saint-Lambert pour une chronique que je tenais à RDS, il y a plus d’une vingtaine d’années.  

Conrad était gardien de but dans l’inimaginable ligue de hockey Géritol.  

Inimaginable parce qu’elle regroupait des hommes de plus de 70 ans qui s’amusaient comme des gamins.  

Conrad était un des plus vieux, et, lorsque j’ai commencé l’entrevue, il était triste, anéanti et, le plus sérieusement du monde, il m’a expliqué qu’il venait de perdre sa femme et que dorénavant, pour s’amuser dans la vie, il ne lui restait plus que le hockey, et il a pleuré... et j’ai aussi pleuré.

Dans son CHSLD de Farnham, il ne joue plus au hockey, mais sachez que le 4 août prochain, même date anniversaire que Maurice Richard, Conrad Lassonde, bien lucide et en forme, fêtera ses 100 ans.  

Déjà, il a reçu un certificat, des félicitations des premiers ministres Justin Trudeau et François Legault. 

De l’enclave

Deux phénomènes, Roger Beaudoin et Conrad Lassonde (mortaise).
Caricature YGreck
  • Dans le premier match de la finale, le tir frappé de Jeff Petry a littéralement cassé en deux la jambe de Alex Killorn. Ayoye donc !
  • Pour votre info, Seattle a été la toute première ville américaine à gagner la coupe Stanley. En 1917, représentants la Ligue du Pacifique, les Metropolitans de Seattle ont affronté le Canadien alors de l’Association Nationale de Hockey. Chacun des joueurs des Mets a reçu un boni de 180 $, une véritable fortune à l’époque.
  • De toutes les brasseries sportives La Cage du Québec, c’est celle de Boucherville qui propose l’écran le plus imposant. En place depuis plus de 5 ans, elle projette des images sur 13 par 39 pieds. Une petite télé de 200 000 $ qui est suivie de près par l’écran de la Cage de la Place Versailles.
  • Selon un sondage réalisé auprès des joueurs de la NHL, le joueur du circuit le plus à la mode est Auston Matthews, suivi de David Pastrnak. P.K. Subban est au troisième rang.
  • Pierre McGuire qui, jusqu’à tout récemment, était commentateur à NBC a été nommé vice-président principal du développement chez les Sénateurs d’Ottawa. Un connaisseur et un passionné.
  • Un conseil. Gardez ou trouvez l’édition d’hier du Journal pour suivre nos Québécois aux Olympiques de Tokyo. Un petit bijou d’infos. Sinon, il y a une page spéciale sur le site du Journal