/sports/soccer
Navigation

Gold Cup: domination dans la défaite

Le Canada accorde un but après 20 secondes et perd 1 à 0

Coup d'oeil sur cet article

Le Canada a subi une première défaite à la Gold Cup en s’inclinant 1 à 0 face aux États-Unis dans le dernier match de la phase de groupe, qui a été joué devant une salle comble à Kansas City.

Le Canada termine donc au deuxième rang du groupe B et devra attendre à mardi pour connaître son adversaire en quart de finale, soit la formation qui terminera en tête du groupe C. Il s’agira soit du Costa Rica, soit de la Jamaïque.

Le plus décevant dans cette défaite, c’est que le match s’est joué 20 secondes après le coup d’envoi. Kellyn Acosta a remporté son duel contre Samuel Piette, a passé à Sebastian Lletget qui a centré pour Shaquell Moore qui était bien posté pour battre Maxime Crépeau.

C’est dommage pour Piette, car c’est la seule erreur qu’il aura commise au cours de la rencontre.

Pas de doute, le but très rapide des États-Unis a fait mal au Canada, ce qu’a confirmé le sélectionneur John Herdman.

« C’est dur à avaler, c’est un vaillant effort, il y avait de la fierté, mais en même temps nous devons remporter ces matchs. »

Herdman était surtout déçu parce qu’il estimait que son équipe avait les Américains dans les câbles.

« Ils ont eu seulement un tir cadré, c’est décevant parce qu’on avait une belle occasion de battre les États-Unis chez eux et de terminer au premier rang du groupe. »

Domination

Les États-Unis jouent le tournoi sans plusieurs gros noms, dont Christian Pulisic, Jordan Morris, Jozy Altidore, Weston McKennie, Julian Green, DeAndre Yedlin et Zack Steffen.

Mais le Canada était déterminé à faire oublier cette erreur de début de rencontre et à partir de la 30e minute, sa domination paraissait évidente et s’est poursuivie jusqu’à la fin de la rencontre, où les Canadiens ont assailli la surface américaine sans relâche.

Richie Laryea a causé toutes sortes d’ennuis dans la surface américaine. Il a été impliqué dans deux situations où l’on aurait pu accorder un tir de pénalité.

Opportunisme

« Si on avait mieux fini nos occasions, a insisté Herdman, je crois que l’issue du match aurait été différente », a-t-il martelé.

Notant qu’il était en pétard en raison du résultat, il estime que tout y était, sauf l’opportunisme.

« Nous avons eu assez de tirs, nous avons attaqué dans les bons endroits, mais je ne crois pas que nous avons été assez menaçants. »

Quant au tir de pénalité ignoré sur Akinola, il a d’abord ri avant de répondre, car les matchs de CONCACAF ont la réputation d’être mal arbitrés.

« Je demande toujours des pénaltys, c’est le job de l’entraîneur, mais de cette distance, c’est parfois difficile à dire. S’ils ont l’assistance vidéo, il faut espérer qu’ils prennent les bonnes décisions. »