/weekend
Navigation

On couche ensemble: célébrer le sexe imparfait

On couche ensemble
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin Alice Lacroix et Francis Juteau

Coup d'oeil sur cet article

Une autofiction hormonale : voilà comment Francis Juteau et Alice Lacroix décrivent leur livre judicieusement baptisé On couche ensemble. Écrit en duo, l’œuvre allie poésie et prose pour faire plonger le lecteur – émoustillé, souriant, amusé, enfin moins seul – dans les débuts amoureux et sexuels d’un couple imparfait qui s’aime, tout simplement. 

Elle a 36 ans et est originaire de la Rive-Sud de Montréal. Il en a 36 et est devenu un vrai Montréalais lorsqu’il a quitté Saint-Jérôme il y a 8 ans. Alice Lacroix, ce n’est pas son vrai nom d’ailleurs. C’est le pseudonyme que la sexologue de profession a choisi afin de garder une distance entre sa vie sentimentale et sexuelle décrite ici et son travail. C’est aussi la première fois qu’elle écrit de la poésie.

Francis est auteur depuis un moment. C’était même le rêve d’enfant de celui qui se faisait surnommer « le petit écrivain » par son professeur de 2e année. Après des études en littérature, le travailleur autonome a publié son premier roman Montréal insomniaque.

« J’ai toujours voulu faire ça, écrire », explique-t-il. 

Alice et Francis se sont rencontrés il y a 12 ans et ont été amis bien avant d’être des amoureux. Puis, après un premier french à la hauteur de leurs attentes, ils ont commencé à s’aimer. Avec fougue et sans tabous, car au sujet du sexe, le duo partage une absence d’inhibitions commune qui les lie d’une unique façon.

Raviver les souvenirs

<b><i>On couche ensemble</i></b><br/>
Francis Juteau et Alice Lacroix<br/>
Hamac<br/>
125 pages
Photo courtoisie
On couche ensemble
Francis Juteau et Alice Lacroix
Hamac
125 pages

Ce livre écrit ensemble est né d’un exercice tout simple : répondre, chacun de son côté et sur papier, à la question « te souviens-tu de la fois où ? » Les souvenirs – souvent coquins – sont venus en poèmes pour elle et en petites histoires pour lui, comme une double vision du couple. 

« On se disait, si jamais il n’est pas publié, on en imprimera une copie et on le gardera à la maison en souvenir, lance Alice en replaçant une mèche de cheveux de son amoureux. C’est un livre sur l’intimité, et pour moi, c’est super sexy l’intimité. »

« Si le sexe se vit à deux, je trouvais que c’était important que ce livre s’écrive à deux, ajoute Francis. C’est un livre sur ce qu’est faire l’amour et s’aimer quand ça va bien. »

Du sexe et des émotions

La pensée dans le sexe, le sentiment de sécurité, la possibilité d’être vulnérable avec l’autre, le sexe qui se passe bien et celui qui est cahoteux, la féminité et la masculinité, la contraception, les chicanes, les craintes au lit, les maladresses, les fantasmes : l’idée derrière On couche ensemble était de parler de sexe à travers les émotions.

« C’est comique et spicy avec un peu de transparence, exactement comment nous voyons la vie, dit-elle. On voulait ouvrir le dialogue avec tout ce qui est confrontant. On souhaitait déconstruire la relation sexuelle. Oui, ça peut être bon quand c’est maladroit, quand on ne jouit pas, quand ce n’est pas pénétratif... Cela donne des textes avec deux visions de la sexualité pendant que ça se déroule. Et on n’a pas de rôle de genre, on mélange un peu. »

Sur la page couverture du livre, ce sont eux que l’on voit nus, superbement dessinés en train de faire l’amour, de s’aimer. Car pour eux, il est important de dire que l’intimité fait partie de la sexualité. 

« Le but était de parler de sexe dans un Québec où on n’a pas tant le droit d’en parler, explique Francis. On en parle, mais en surface ; on ne parle pas réellement de nos peurs, de nos vrais fantasmes, on n’ose pas dire : je n’aime pas cela ou je ne sais pas comment faire. Le sexe est tabou, comme si c’était quelque chose de choquant et de honteux. On voulait dire que le sexe est quelque chose de normal, qu’on a le droit et que c’est sain d’en parler. C’est un pan majeur de la vie. »

Si des gens se reconnaissent, entament des discussions ou voient dans leur livre un modèle différent de l’amour et du sexe, alors le couple sera comblé. Le compliment ultime ? Que leur livre émoustille et donne envie, évidemment !