/finance
Navigation

Un entrepreneur réapprend à vivre en traversant le Canada à vélo

Le copropriétaire de l'entreprise drummondvilloise Structure BRL, Yan Traversy, rembarquait sur son vélo le 16 juillet 2021, après un arrêt dans sa ville natale. On aperçoit M. Traversy devant son usine de la rue Bergeron, à Drummondville, le 16 juillet 2021.
Photo Agence QMI, Caroline Lepage Le copropriétaire de l'entreprise drummondvilloise Structure BRL, Yan Traversy, rembarquait sur son vélo le 16 juillet 2021, après un arrêt dans sa ville natale. On aperçoit M. Traversy devant son usine de la rue Bergeron, à Drummondville, le 16 juillet 2021.

Coup d'oeil sur cet article

Un homme d’affaires qui avait l'impression d'être prisonnier de son entreprise se sent libre comme jamais depuis qu'il a entrepris de traverser le Canada à vélo.

Yan Traversy, 46 ans, a commencé sa traversée du pays au début de juin à Terre-Neuve et pédalera jusqu’à Victoria, en Colombie-Britannique.

Pour ce passionné de plein air, ce périple d’environ 7000 kilomètres ne constitue pas un défi physique; il réapprend plutôt à vivre, un coup de pédale à la fois.

«Le voyage m’amène à vivre dans le moment présent, à profiter de la vie, à vivre au rythme de la nature et à me laisser surprendre en sortant de ma zone de confort», explique le Drummondvillois, rencontré au cours des derniers jours, quand il faisait un arrêt dans sa ville.

Le Drummondvillois Yan Traversy a fait une halte dans le parc national du Gros-Morne, à Terre-Neuve, au début de sa traversée du Canada en vélo. On aperçoit M. Traversy en train d'admirer le paysage, en juin 2021.
Photo Courtoisie
Le Drummondvillois Yan Traversy a fait une halte dans le parc national du Gros-Morne, à Terre-Neuve, au début de sa traversée du Canada en vélo. On aperçoit M. Traversy en train d'admirer le paysage, en juin 2021.

Comme sa ligne de conduite est l’ouverture d’esprit, il prévoit son itinéraire au jour le jour et se fait accueillir par des étrangers grâce à l’application WarmShowers.

Celui qui a longtemps communiqué difficilement avec les gens à cause de son bégaiement est heureux de voir qu’il suscite la curiosité de tous grâce aux sacoches qu’il transporte sur son vélo. En cours de route, on lui a offert du phoque et un buffet de fruits de mer improvisé, confie-t-il.

«Je suis bien partout où je suis», constate cet homme rayonnant.

Yan Traversy a mangé des oursins des mers, à la fin de juin 2021.
Photo Courtoisie
Yan Traversy a mangé des oursins des mers, à la fin de juin 2021.

Prisonnier

Copropriétaire d’une PME de Drummondville, Structure BRL, M. Traversy était tellement investi dans son travail qu’il se sentait coupable de prendre des jours de congé. Or, un perfectionnement qu’il a suivi à l’École d’entrepreneurship de Beauce a eu l’effet d’une thérapie. Les ateliers concrets, qui lui ont permis de penser différemment, de tester sa confiance, d’expérimenter le travail d’équipe et de confier ses vulnérabilités, l’ont aussi aidé à mettre des mots sur son état.

«Je me sentais prisonnier de mon entreprise. Quand tu réalises ça, il faut que tu changes quelque chose», confie ce dirigeant.

Pour vivre son voyage à vélo, M. Traversy a formé un professionnel pour le remplacer. Il sait qu’il peut compter sur une excellente équipe de travail.

Le copropriétaire de l'entreprise drummondvilloise Structure BRL, Yan Traversy, rembarquait sur son vélo le 16 juillet 2021, après un arrêt dans sa ville natale. On aperçoit M. Traversy devant son usine de la rue Bergeron, à Drummondville, le 16 juillet 2021.
Photo Agence QMI, Caroline Lepage

Passage en Beauce

À la mi-juillet, il a fait une halte à son école, en Beauce, pour assister à la remise des diplômes.

«Quand je suis arrivé en vélo, tout le personnel m’attendait. Les gens m’applaudissaient. Ça fait chaud au cœur!» exprime-t-il.

Ce père de deux enfants entrevoit la suite du parcours avec le même enthousiasme. Il roule en moyenne 100 km par jour et s’adapte aux restrictions imposées par la pandémie, selon les provinces.

Certains arrêts sont prévus, comme la visite de son frère en Alberta et celle d’un collègue de patinage de vitesse en Colombie-Britannique.

Chose certaine, la vie de cet investisseur changera d’autant qu’il sait qu’il pourrait prendre sa retraite à son retour, prévu en septembre.

«Je vais choisir mes journées de travail et non mes journées de congé!» dit-il avec le sourire.

Le Drummondvillois Yan Traversy a visité les îles de Mingan, situées dans l'est du Québec, au début de sa traversée du Canada en vélo. On aperçoit M. Traversy en train de faire une pause pour admirer le paysage, en juin 2021.
Photo Courtoisie
Le Drummondvillois Yan Traversy a visité les îles de Mingan, situées dans l'est du Québec, au début de sa traversée du Canada en vélo. On aperçoit M. Traversy en train de faire une pause pour admirer le paysage, en juin 2021.