/news/society
Navigation

Déluge du Saguenay: «le plus dur de tout, c’était la reconstruction», dit le maire, Claude Richard

Coup d'oeil sur cet article

Claude Richard avait 58 ans et était maire de la ville de La Baie lorsqu'en espace de quelques heures, il a vu ses projets et ses réalisations des dernières années disparaître sous les eaux du déluge.

• À lire aussi: Déluge du Saguenay: «J’avais une grande peine, puis aussi une révolte»

• À lire aussi: Déluge du Saguenay: «Le coffre-fort de la Caisse populaire n’a jamais été retrouvé»

• À lire aussi: Saguenay, 25 ans plus tard: les filles d’un couple disparu témoignent

De passage à LCN, il revient sur cette journée qui a marqué à tout jamais le Saguenay, mais aussi la province au grand complet.

«Ça fait mal de voir ta ville abîmée, mais ça fait encore beaucoup plus de mal de voir des citoyens qui n’ont aucune maison. Ils n’ont même plus de terrain pour se reconstruire», souligne l’homme, 25 ans plus tard.

Sans surprise, son mandat, qui se terminait en novembre 1996, a été prolongé d’un an par le ministère des Affaires municipales, pour aider les citoyens de sa ville à se rebâtir. 

«C’était dur d’apprendre que deux enfants ont perdu la vie dans leur lit, dans notre ville, juste ici, à côté, mais le plus dur de tout, c’était la reconstruction», mentionne l’homme qui est surnommé le maire du déluge.

Selon l’ex-maire, durant la catastrophe, les gens étaient en mode réaction et écoutaient les autorités pour tenter de survivre. Par contre, lors de la reconstruction, les résidents ont commencé à remettre un peu plus les instances en question.

Même si Claude Richard devait souvent organiser des réunions pour proposer de nouveaux plans pour la reconstruction de la ville, il a été surpris de voir comment les gens étaient respectueux, même si certains avaient tout perdu.

«Le souvenir qui me vient à la mémoire, quand j’en parle et quand j’y pense, c’est la résilience et le calme des gens. On a fait des réunions de 1200 à 1500 personnes. Je n’ai jamais entendu un éclat de voix ou de drame», explique l’ex-maire de La Baie.

La reconstruction de la ville a été grandement appuyée par les deux paliers gouvernementaux, selon l’ex-maire.

«On a été très bien soutenu, je n’ai pas un mot à dire, on avait un député régional, monsieur Jacques Brassard, qui était chargé de s’occuper de nous autres, et il s’est réellement occupé de nous autres», mentionne l’ex-maire.

Grâce à la résilience des gens et du travail des politiciens en place, La Baie a passé à travers cette catastrophe.

D’ailleurs, un pont, terminé d’être construit en quelques jours après le déluge, est nommé en l’honneur de Claude Richard, à La Baie.

Écoutez l’intégralité de l’entrevue dans cette émission spéciale, à LCN, sur les 25 ans du déluge dans la vidéo ci-dessus.