/sports/football
Navigation

Football: le pari californien de Kalenga Muganda

Quebec
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Kalenga Muganda poursuit toujours son rêve d’évoluer pour une université américaine en division 1.

Coup d'oeil sur cet article

Kalenga Muganda jouera sa prochaine saison de football dans un collège junior (JuCo) à Santa Clarita, en Californie.

Il n’était pas question pour le joueur le plus titré individuellement du football scolaire québécois de tenter sa chance en demeurant dans la Belle Province pour une nouvelle saison de football qui n’est pas assurée. Le produit des Spartiates du Vieux-Montréal a préféré mettre tous ses œufs dans le même panier en acceptant de se joindre aux Cougars du College of the Canyons.

«Je souhaite de tout cœur qu’il y ait une saison au Québec et ça regarde bien pour l’instant, mais ne pas jouer au football pour une deuxième année consécutive serait catastrophique pour mon rêve de jouer dans la NCAA. Le risque était trop grand. J’ai eu une occasion pendant que j’examinais mes options, en janvier 2021, de partir en Californie et j’ai saisi ma chance. J’ai pris le temps de parler à des anciens que je connaissais qui ont déjà joué là-bas pour en savoir plus sur le fonctionnement, dont Thomas Le Boucher, qui a joué au CNDF.»

Au bon endroit

Après un court séjour en sol américain, qui a résulté à son expulsion de l’école préparatoire Woodbury Forest School en 2018, le porteur de ballon assure que son deuxième périple sera une réussite. «C’est un bon endroit pour attirer les regards, il y a plusieurs recruteurs des formations NCAA qui viennent voir les matchs. Les Cougars ont produit plusieurs joueurs de la NFL dans leur histoire, dont Jason Pierre-Paul, qui a une superbe carrière. Je pense que c’était la meilleure décision que je pouvais prendre pour mon futur.»

L’entraîneur des porteurs des Cougars Ayinde Bomani et Kalenga Muganda.
Photo courtoisie
L’entraîneur des porteurs des Cougars Ayinde Bomani et Kalenga Muganda.

Sur le terrain, l’ancienne gloire du Blizzard du Séminaire Saint-François devra obtenir son temps de jeu. «J’ai une bonne relation avec le coordonnateur à l’attaque Seth Oseransky, qui s’occupe aussi du recrutement des joueurs de l’extérieur, mon but est d’être le partant. Il n’y a eu aucune promesse de faite en ce sens. Je devrai mériter mon temps de jeu au camp d’entraînement. Les Cougars utilisent un système de jeu espacé (spread) avec un seul porteur et ils sont bien équilibrés en attaque avec 50% des jeux au sol. C’est un système dans lequel je pourrai mettre en valeur toutes mes qualités de joueur de football.»

Année cruciale

Advenant une saison difficile, le rêve du Québécois serait sérieusement compromis. Muganda reste lucide devant cette possibilité, mais il demeure très confiant en ses moyens. «C’est comme y aller le tout pour le tout au poker. Je sais par contre ce que je suis capable de faire sur un terrain de football et j’ai décidé de miser sur moi-même. Je suis confiant de me retrouver sur le terrain et de pouvoir montrer, à la fin de la saison, plusieurs bonnes séquences vidéo aux formations universitaires américaines.»

Bonne adaptation

La formation californienne, qui possède un fort contingent international, s’est inclinée en demi-finale des séries éliminatoires l’an dernier. Les Cougars seront encore une fois à surveiller, selon Muganda.

«Nous sommes la deuxième équipe favorite de l’état avant que la saison commence à l’automne. Je suis arrivé en début juin et l’entraînement hors-saison est très rigoureux. L’assimilation du cahier de jeux va bien et je suis actuellement des cours d’été. Mon intégration dans l’équipe va bien et je me tiens avec les joueurs de l’extérieur qui sont dans une situation similaire à la mienne. [...] Il y a des Allemands, des Italiens et même des Danois. Je me plais dans mon nouvel environnement, sauf qu’il fait vraiment chaud.»

Histoire d’alimenter son rêve, le porteur de ballon compte assister à quelques matchs universitaires durant sa saison de football cet automne. Le stade mythique du Rose Bowl des Bruins de UCLA est sur la liste. Ça peut difficilement faire du tort à la motivation.