/entertainment/tv
Navigation

«La belle tournée»: des artistes tombés amoureux de Montréal!

«La belle tournée»: des artistes tombés amoureux de Montréal!
PHOTO COURTOISIE/Pénélope Roy-Dumouchel

Coup d'oeil sur cet article

Claudia Bouvette et Luis Clavis ont composé à distance la chanson «Kodak jetable», qu’ils interpréteront à «La belle tournée», où la région montréalaise sera en vedette, lundi soir. 

Un duo mitonné alors qu’elle séjournait chez sa mère, à Bromont, et que lui était dans son studio de Montréal, pendant le premier confinement du printemps 2020.

Outre cette langoureuse pièce, Bouvette et Clavis ont en commun d’être natifs de l’Estrie et des Cantons de l’Est, Bromont pour elle, Sherbrooke pour lui, d’avoir adopté Montréal au début de leur carrière... et d’en être tombés amoureux.

Luis Clavis s’y est établi après le cégep avec ses comparses de Valaire et Qualité Motel, tandis que Claudia Bouvette avait 15 ans quand elle a participé à «Mixmania 2» et a dû pour ce faire s’installer pendant deux mois dans un loft du Vieux-Montréal. Elle a ensuite décroché rôles et engagements qui l’ont amenée de plus en plus souvent dans la métropole.

Début vingtaine, elle louait un premier logis dans Villeray et, depuis cinq ans, l’artiste de 26 ans est une fière résidente d’Hochelaga-Maisonneuve, un quartier qu’elle estime de plus en plus tendance, tout en demeurant accessible.

«Je me souviens, au début, quand j’habitais dans le sous-sol de mon "chum", dans Ahuntsic, je ne pouvais pas passer plus qu’une semaine à Montréal, car je trouvais ça trop intense, a raconté Claudia. J’avais besoin de retourner à la campagne, d’être dans un train de vie un peu moins bruyant et rapide. Après, je suis devenue plus autonome, et j’ai vraiment eu la piqûre. Maintenant, c’est l’inverse: je dois me forcer pour aller voir ma famille à Bromont!»

«La belle tournée»: des artistes tombés amoureux de Montréal!
PHOTO COURTOISIE/Pénélope Roy-Dumouchel

Accueil et curiosité

Lié d’une «grande affection» à Montréal depuis 2007, Luis Clavis apprécie la diversité de la ville des Canadiens.

«J’ai toujours aimé le quartier Rosemont, qui n’est pas encore "gentrifié" (embourgeoisé), a expliqué le chanteur et musicien. Le charme de "l’ancien Montréal" est resté, avec tout un vent de nouveauté. Sur [la rue] Masson, où je suis, il y a des fruiteries partout, des magasins en vrac, plein de sortes de bars et de restaurants, plein de lieux culturels. C’est facile de sortir et d’en voir de toutes les couleurs.»

«La belle tournée»: des artistes tombés amoureux de Montréal!
PHOTO COURTOISIE/Pénélope Roy-Dumouchel

«Je n’avais jamais eu d’ambitions montréalaises avant de mettre les pieds ici, a-t-il ajouté. Dans ma tête, il y avait une "clique" qui nous regardait de haut au point de vue culture, mais au contraire, tout le monde est dans l’accueil et la curiosité.»

C’est d’ailleurs un Luis Clavis émerveillé qui a eu l’occasion de contempler l’immensité de la foule devant la grande scène du Festival international de Jazz de Montréal (FIJM), lorsque ses complices de Valaire (alors Misteur Valaire) et lui s’y produisaient en tête d’affiche pour la première fois, à l’été 2011. Le groupe avait eu l’occasion de fouler d’autres scènes du FIJM jusque-là, mais sur la Place des Festivals, c’était la première fois.

«Il n’y a pas vraiment de plus grosse scène au Québec, le grand événement du Jazz. Je dirais que ça a été notre événement le plus marquant en carrière», a glissé Clavis, qui planche actuellement sur deux EP et sur le prochain album de Valaire, et qui reprendra en août La Virée du Saint-Laurent avec sa formation.

«La belle tournée»: des artistes tombés amoureux de Montréal!
PHOTO COURTOISIE/Pénélope Roy-Dumouchel

Vie sociale

La mordue de danse qu’est Claudia Bouvette, elle, se remémore plusieurs soirées de fête mémorables au bar La Rockette, rue Saint-Denis. Celle qui prenait un verre avec une amie sur la terrasse du Darling, sur Saint-Laurent, au moment d’accorder cette entrevue à l’Agence QMI, apprécie aussi beaucoup se payer de temps en temps un bon souper au restaurant Le Cadet.

«Ce qui est "tripant" d’habiter en ville, c’est que tout est accessible. Tu peux faire tout ce que tu veux, sans avoir à le planifier trop d’avance. Tout est relativement proche. J’aime la vie sociale, la vie de bars, les restaurants, la scène culturelle de Montréal. L’été, surtout, c’est fou, être à Montréal ! On ne s’ennuie pas du tout», a mentionné Claudia, qu’on verra cet automne dans «Toute la vie», à ICI Télé, et qui lancera au même moment un extrait de son prochain album.

L’épisode de «La belle tournée» consacré à Montréal a été tourné à Longueuil, près de la Marina, pour avoir vue sur le pont Jacques-Cartier et le centre-ville, et le segment «carte postale», avec Charlotte Cardin, a été filmé à l’Oratoire Saint-Joseph. Marc Hervieux et Queenie, de «Star Académie», seront également du rendez-vous avec l’animateur Guy Jodoin. 

  • «La belle tournée», lundi, à 21 h, à TVA. En rediffusion le dimanche 25 juillet, à 18 h, à Télé-Québec.