/lifestyle/columnists
Navigation

Pour changer les choses!

Coup d'oeil sur cet article

Suite à certaines chroniques qui traitaient de féminicide, je considère qu’il y aurait des choses à changer dans la façon de faire des policiers. Au lieu d’emmener les femmes et les enfants dans des centres pour femmes violentées, ne devrait-on pas plutôt sortir les hommes violents de leur foyer pour les emmener ailleurs et laisser les femmes et les enfants chez eux dans leurs affaires ?

À titre d’exemple, près de chez-moi réside un couple avec deux ados qui sont les enfants de la femme. Un matin frisquet de l’été dernier une voisine a vu la femme qui pleurait, assise en petite jaquette en bas du perron. Quand elle s’est approchée d’elle pourl’aider, la femme est vite retournée dans la maison où elle a été reçue par une volée de bottes et de chaussures par la tête.

Les fenêtres étant ouvertes, on entendait très bien les enfants crier à leur père de lâcher leur mère tandis que celle-ci semblait rebondir sur les murs. J’ai appelé le 911 tellement j’avais peur qu’elle se fasse tuer. Quelques cinq minutes plus tard des policiers débarquaient. Et un peu plus tard la femme et les enfants quittaient pour aller dans un foyer d’hébergement pendant que monsieur restait tranquillement à la maison. Et c’est ça qui n’a pas de bon sens.

Par expérience, j’ai dû moi-même faire appel aux policiers il y plusieurs années alors que mon conjoint de l’époque était en état d’ébriété avancé. Cet homme jaloux ne supportait aucun retard de ma part quand je rentrais du travail. Ce soir-là il était hors de lui et j’ai dû profiter du moment où il est allé aux toilettes pour appeler le 911.

À la vue de son état les policiers m’ont demandé devant lui si je souhaitais qu’ils l’emmènent. Mettez-vous à ma place, si je dis oui, je n’ose imaginer son retour à la maison ensuite. Si je dis non, je suis inquiète pour la suite de la soirée. Une femme qui a peur ne peut pas dire aux policiers quoi faire. C’est à eux de sortir l’homme de la maison. Un point c’est tout.

Murielle

S’il existait des lieux dédiés aux hommes violents pour les prendre en charge votre suggestion ferait du sens. Mais comme ça n’existe pas, la solution la plus sécuritaire reste encore de sortir la femme et les enfants du foyer pour les mettre à l’abri et en sécurité dans des lieux qui existent déjà. Je sais cependant que de plus en plus de pressions sont faites pour faire émerger ce genre de lieux d’accueil pour les hommes violents et en détresse. En particulier de la part de certains organismes qui leurs viennent en aide grâce à des ateliers et des suivis individuels ou de groupe. La pandémie aura eu ça de bon en ce qu’elle a permis une prise de conscience de la nécessité d’agir autant auprès des hommes que des femmes pour que cesse la violence.