/news/green
Navigation

La qualité de l’air mauvaise d’un océan à l’autre

La qualité de l’air mauvaise d’un océan à l’autre
Photo d'archives Agence QMI, Sébastien St-Jean

Coup d'oeil sur cet article

Les feux de forêt qui ravagent l’Ouest canadien et le nord de l’Ontario depuis des semaines ont des effets à la grandeur du pays où des avis de mauvaise qualité de l’air ont été émis de la Colombie-Britannique jusqu’au Nouveau-Brunswick. 

Mardi matin, on dénombrait 151 avis de mauvaise qualité de l’air sur le site d’Environnement Canada, touchant autant de régions réparties dans sept provinces et un territoire. À ce nombre s’ajoutaient 15 avis de smog couvrant tout le sud du Québec, de Gatineau jusqu’à Québec.

  • Écoutez l'entrevue du présentateur météo chez MétéoMédia et spécialiste des changements climatiques, Patrick De Bellefeuille, avec Vincent Dessureault sur QUB Radio:

 

Dans le cas du Québec, la concentration de particules fines dans l’air a justifié le déclenchement des alertes de smog. La qualité de l’air devrait cependant s’améliorer d’ici mercredi.

Bien qu’elle soit épargnée par les incendies – il n’y en a aucun en cours présentement selon la SOPFEU –, la Belle Province se retrouve donc avec l’une des pires qualités de l’air au pays. Les villes de Montréal et de Québec se sont retrouvées avec une cote de mauvaise qualité de l’air de 7 sur 10, équivalent à un risque élevé, selon Environnement Canada.

La même note a été attribuée à des villes comme Edmonton ou Regina, pourtant au cœur des provinces touchées par les feux. Winnipeg, par contre, se méritait le titre de ville la plus enfumée au Canada mardi matin avec une note de 10, soit la pire qualité d’air possible.

Les feux de l’Ouest et de l’Ontario sont tellement intenses que même le Nouveau-Brunswick, 2000 kilomètres plus loin, en subit les conséquences. «Les images satellites montrent qu'un panache de fumée s'étend sur le nord-ouest du Nouveau-Brunswick. Cette fumée pourrait descendre près du sol et réduire la qualité de l'air pendant plusieurs heures», a averti Environnement Canada.

Près de 800 feux

En tout, près de 800 feux de forêt et de broussailles sont en activité au pays. La majorité se concentre en Colombie-Britannique, où près de 300 feux ravagent le territoire, et en Saskatchewan, qui doit combattre environ 170 brasiers.

Les pompiers de l’Alberta (environ 70 feux), du Manitoba (environ 130 feux) et de l’Ontario (environ 120 feux) sont aussi fort occupés.

Conséquence de ces brasiers, des milliers de personnes sont évacuées, principalement dans le nord de l’Ontario, où 2459 personnes provenant de trois communautés autochtones ont dû être relocalisées.

Du côté de la Colombie-Britannique, quelque de 200 ménages de plus ont aussi dû être évacués dans la province du Pacifique, mardi matin, un nouveau feu détecté lundi menaçant la Première Nation d’Osoyoos et le petit village d’Oliver, dans la vallée de l’Okanagan. Plus de 1500 ménages à ce jour sont concernés par des avis d’évacuation.

À VOIR AUSSI...