/lifestyle/books
Navigation

«Le Serment – Samsara»: fin d’une saga aux accents sud-coréens

L'auteure Sylvie Payette lançait en juin le troisième et dernier tome de sa série romans jeunesse «Le serment», intitulé «Samsara».
PHOTO COURTOISIE, JULIA MAROIS L'auteure Sylvie Payette lançait en juin le troisième et dernier tome de sa série romans jeunesse «Le serment», intitulé «Samsara».

Coup d'oeil sur cet article

Sylvie Payette a campé sa troisième série de romans jeunesse, Le Serment, dans l’univers de la culture asiatique, extrêmement prisée chez les adolescents, souvent amateurs de musique K-pop et de mangas. 

En conférence dans les écoles, Sylvie Payette est toujours étonnée de constater combien les œuvres de la Corée du Sud et du Japon touchent ses jeunes lecteurs. Toujours soucieuse de plaire à son public, elle s’est documentée sur cette passion, qu’elle connaît maintenant très bien. La créatrice de Chambres en ville peut citer à brûle-pourpoint quelques noms de groupes de K-pop, dont la populaire formation BTS, certainement l’une des plus connues du genre.

«Un jour, il y a environ cinq ans, j’étais en conférence, et j’ai demandé aux adultes qui étaient dans la salle s’ils savaient ce que les jeunes écoutent comme musique, dans leurs écouteurs. Personne ne savait! Les parents riaient un peu, parce qu’ils étaient embêtés. Puis, j’ai questionné les jeunes, à savoir s’ils connaissaient les groupes de K-pop. Et tout le monde a levé la main! Les parents les regardaient, et ne comprenaient même pas de quoi je parlais.»

«Alors, je me suis mise à faire de la recherche là-dessus, pour découvrir à quel point la culture japonaise et sud-coréenne était importante pour les jeunes, au Québec et dans le monde entier.»

Amour et destin

Sylvie Payette définit sa saga Le Serment comme «une très belle histoire d’amour». Le troisième tome, intitulé Samsara et paru en juin, suit Lotus (sorti en octobre 2019) et Karma (lancé pendant la pandémie), les deux premiers volets.

L’héroïne de l’histoire se nomme Mia et est une adepte de la danse. Invitée à un stage en Corée du Sud, elle craque pour le charmant Min Ho, mais le mécène qui finance son voyage a plutôt en tête d’unir la jeune Québécoise à son petit-fils, Soon Ki, un fêtard invétéré.

Un étrange karma semble manipuler le destin de la jeune femme et de ses soupirants. Leurs tourments s’étaleront sur trois romans, dont le dernier recèle encore de menaces pour Mia et sa relation. Or, les personnages comprendront, dans l’ultime chapitre, la nature du puissant serment les unissant les uns aux autres, et entremêlant passé et présent.

«Les jeunes ont une belle recherche spirituelle, en ce moment, et une envie de découvrir d’autres cultures», remarque Sylvie Payette, qui se réjouit de savoir que les professeurs sont nombreux à commander ses bouquins pour les proposer à leur programme de secondaire 1, 2 et 3, et que les ouvrages génèrent également un bel engouement en bibliothèque.

Il faut dire que l’écrivaine connaît bien le public étudiant. Le neuvième tome de sa série Nellie, jeune fille de 16 ans évoluant dans un Québec parallèle qui aurait gagné la bataille des Plaines d’Abraham, est paru il y a environ trois mois. Sylvie Payette a un lectorat fidèle, ailleurs dans le monde, sa Nellie étant traduite aussi loin qu’en Pologne. Son projet Savannah, qui compte une douzaine de livres, lui a composé une base d’admiratrices et d’admirateurs dévoués, et des droits ont déjà été négociés pour amener «Le Serment» au cinéma et à la télévision.

Les trois tomes de la série Le Serment sont présentement en vente.

L'auteure Sylvie Payette lançait en juin le troisième et dernier tome de sa série romans jeunesse «Le serment», intitulé «Samsara».
PHOTO COURTOISIE, QUÉBEC AMÉRIQUE