/news/society
Navigation

Les bienfaits du tourisme spatial, selon l'astronaute David Saint-Jacques

Coup d'oeil sur cet article

Le tourisme spatial n’est pas un simple joujou pour milliardaires, aux yeux de l’astronaute David Saint-Jacques.

• À lire aussi: [EN IMAGES] Jeff Bezos réalise à son tour son rêve d'espace

• À lire aussi: Elle rêve de fusées plus écologiques

• À lire aussi: Jeff Bezos s’envole dans l’espace

En entrevue à TVA Nouvelles, celui qui a passé plus de 200 jours dans la Station spatiale internationale a commenté l’escapade de l’homme d’affaires Jeff Bezos, mardi. Même si le propriétaire d’Amazon a effectué une sortie de seulement quelques minutes dans l’espace, celle-ci demeure un exploit, selon David Saint-Jacques.

«Chaque vol spatial, on se croise les doigts. Plus on en connaît et plus on sait comment ça marche une fusée, chaque fois qu’on voit un décollage, on se ronge les ongles», explique l’astronaute.

«La quantité de choses qui doivent bien aller pour qu’un astronaute revienne vivant, c’est hallucinant», ajoute-t-il.

Alors que certains déplorent la commercialisation des vols dans l’espace, David Saint-Jacques, lui, préfère la célébrer.

Il se réjouit notamment du fait que ce type de voyages va contribuer à rendre les périples dans l’espace plus sécuritaires. L’astronaute rappelle que ce qui était, il y a 50 ans, excessivement risqué est maintenant beaucoup moins dangereux.

David Saint-Jacques est aussi convaincu que l’exploration spatiale contribue à augmenter la recherche et à améliorer notre compréhension de la Terre.

«Le voir de ses propres yeux, ça change ta vision du monde, parce que c’est tellement touchant à quel point elle est belle, cette planète-là», raconte le Québécois.

Pas un simple terrain de jeu pour milliardaires

L’astronaute clame aussi que les voyages dans l’espace forcent les scientifiques à trouver des solutions à des problèmes liés à l’espace, mais le développement technologique finit inévitablement par bénéficier à l’ensemble de la population.

«Le fait qu’on se parle maintenant par l’électronique, les satellites, les ordinateurs... Tout ça, ça vient du programme spatial essentiellement», explique-t-il

Aux yeux de David Saint-Jacques, l’exploration sociale ne peut aussi que renforcer la lutte contre les changements climatiques.

«Le mouvement global écologique, le sens des responsabilités envers la planète, ça vient en partie du fait qu’on a vu ces images-là. C’est ça, notre maison», affirme-t-il.