/news/politics
Navigation

Mark Carney ne se présentera pas pour les libéraux

Mark Carney ne se présentera pas pour les libéraux
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-gouverneur de la Banque du Canada et de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, ne se présentera pas pour le Parti libéral si des élections ont lieu cet automne. 

La candidature de l’ex-banquier de renommée mondiale était attendue dans Ottawa-Centre depuis que la ministre Catherine McKenna a annoncé qu’elle n’y briguerait pas un autre mandat.

Mais, M.Carney a finalement coupé court aux rumeurs sur Twitter en déclarant :

«S’il y a une élection cette année, je ne serai pas candidat. Je supporte entièrement Justin Trudeau et le Parti libéral et je ferai tout le nécessaire si je peux aider. Mais maintenant l’action globale contre la crise climatique est le plus important. J’ai pris un engagement et je vais le respecter.»

À titre d’envoyé spécial pour le financement de l’action climatique de l’ONU, M.Carney doit présider le Glasgow Financial Alliance for Net Zero lors du prochain congrès onusien sur le climat entre le 31 octobre et le 12 novembre, et il n’a pas l’intention d’abandonner.

«Un gardien de but ne se retire par de la glace à la troisième période d’un match crucial», a-t-il twitté.

La semaine dernière, M.Carney soulignait que la chaleur extrême et les feux de forêts qui frappent l’Amérique du nord, et affectent d’ailleurs la qualité de l’air à Montréal et à Ottawa ces jours-ci, «sont seulement le plus récent exemple de la crise climatique». «Pour l’arrêter, nous devons rendre nos économies toutes entières carboneutres», indiquait-il.

Banquier vert

C’est justement la raison d’être du Glasgow Financial Alliance for Net Zero qui rassemble plus de 160 entreprises responsables d’actifs de plus de 70 milliards $. Leur objectif est d’accélérer la transition de l’économie mondiale vers des émissions nettes zéro d’ici 2050 au plus tard.

Ami personnel de la vice-première ministre Chrystia Freeland, Mark Carney a comme elle grandi à Edmonton, au cœur du Canada pétrolier.

Il s’est néanmoins démarqué sur la scène internationale comme un «banquier vert».

Selon lui, les entreprises et les industries qui n’ont pas de plan pour devenir carboneutres sont vouées à la faillite, et la pandémie offre une occasion unique de donner un coup de barre vert.