/news/currentevents
Navigation

«Monstre de la Miramichi»: Décision maintenue en appel

Allan LEGERE
Photo d'archives Allan Légère, meurtrier en série, surnommé Le Monstre de Miramichi

Coup d'oeil sur cet article

Le meurtrier Allan Legere connu comme le « monstre de la Miramichi » à la fin des années 1980, n'a pas réussi à faire annuler une décision qui lui refusait la semi-liberté. 

Dans une décision de six pages, la division d’appel a confirmé, le 7 juillet dernier, le choix de la Commission des libérations conditionnelles du Canada qui avait rejeté la demande de Legere en janvier. Le criminel avait fait appel en plaidant la partialité. 

« La division d'appel croit qu'une personne raisonnable et bien informée ne conclurait pas que deux femmes membres de la Commission ne pourraient pas trancher votre cas de façon équitable », peut-on lire. 

La Commission explique ensuite pourquoi la décision initiale a été maintenue. 

« La Commission a refusé votre semi-liberté et votre libération conditionnelle totale en raison de vos antécédents criminels graves, importants et violents qui ont entraîné la mort d'un certain nombre de victimes, de vos mauvais antécédents de surveillance, de votre risque élevé de récidive violente et sexuelle...» 

La division d'appel conclut que l'analyse de la Commission est bien fondée. 

ALLAN LEGERE

  • L’homme de 73 ans avait commis cinq meurtres sauvages dans les années 1980 dans la région de Miramichi, au Nouveau-Brunswick.
  • En 1987, Allan Legere est condamné à la prison à vie pour meurtre au second degré.
  • Escorté à un rendez-vous médical, il s’enfuit le 3 mai 1989 pour une cavale meurtrière de 201 jours au cours de laquelle il tue quatre personnes.
  • Le 24 novembre 1989, Allan Legere est arrêté.