/entertainment/shows
Navigation

Festif! de Baie-Saint-Paul: la magie est de retour

Les Barr Brothers dévoilent une nouvelle formule dans un superbe environnement scénique

The Barr Brothers
Photo Yves Leclerc Les Barr Brothers se sont produits dans un superbe environnement, mercredi, au parc de la Virevolte, pour lancer la 12e édition du Festif! de Baie-Saint-Paul.

Coup d'oeil sur cet article

BAIE-SAINT-PAUL | Il n’a fallu que quelques minutes, sur le coup de 17 h, pour que la magie du Festif! opère et se déploie. Les Barr Brothers, sous la forme de duo, ont lancé cette 12e édition avec une prestation imbibée par la magie que l’on retrouve lors de cet événement. 

Les frères Brad et Andrew cassaient, pour la toute première fois, cette formule en duo, entourée par des guitares, une batterie, des percussions, des boucles sonores et des bandes. 

La scène Loto-Québec du parc de la Virevolte, aménagée sur un site habituellement occupé par un club de pétanque est visuellement spectaculaire. 

Plusieurs branches de bois, de bonne taille, sont imbriquées dans la structure qui forme la scène. Les deux musiciens, originaires du Rhode Island, ont installé leur attirail en arrière d’une barricade de branches.

Les spectateurs sont assis sur des caisses de pommes de la Cidrerie Vergers Pedneault. Il y a quelques centaines de personnes, en distanciation, dans cette petite clairière près de la rivière du Gouffre. 

On entend les oiseaux chanter pendant que les deux frères lancent leur prestation.

L’atmosphère est intimiste et surtout fidèle à celle, unique, qui fait le charme du Festif! de Baie-Saint-Paul. On a l’impression d’assister à un de ces spectacles-surprises, qui ont fait, au fil des ans, la marque de commerce de cet événement. 

Brad Barr de la formation The Barr Brothers.
Photo Francis Gagnon
Brad Barr de la formation The Barr Brothers.

« C’est vraiment sympa », a lancé le batteur et percussionniste Andrew Barr, en riant, large sourire sur son visage, après l’interprétation de Beggar in the Morning. Un moment où les quelques gouttes de pluie qui s’étaient invitées ont finalement disparu pour laisser place à un soleil bien chaud.

Cette nouvelle formule cassée par les Barr Brothers, à l’occasion de la 12e édition, que l’on peut revoir sur la page Facebook du Festif!, est fort intéressante. 

Les deux frères, qui ont aussi donné une deuxième prestation à 19 h 30 au même endroit, multiplient les longs « jams » batterie et guitare à travers des boucles sonores. La voix est parfois remplie de distorsions. Ça dissone et ça « grafigne » par moment, comme lors de l’interprétation d’une nouvelle pièce très « zeppelinienne » dans le dernier droit.

« C’est la première fois que l’on essaie cette formule et nous sommes contents de le faire devant vous. Cette première est l’fun et cool », a indiqué Brad, entre deux changements de guitare.

  • Écoutez l'entrevue avec Élise Jetté, productrice de contenus En 5 minutes en direct de Baie-Saint Paul sur QUB radio :

Différent

Durant Burn Card, Andrew et Brad, guitares sur leurs épaules, chantent près du micro.

Après l’interprétation d’une toute nouvelle chanson, Andrew Barr entend son fils, qui s’est approché de la scène, dire quelque chose.

« Il vient de dire : ‘‘Papa, vous avez fait une bonne chanson’’. C’est la première fois qu’il dit ça. Habituellement, il préfère que je mette une chanson des Beatles, lorsque je joue une de mes chansons », a-t-il raconté.

Il lui fera plaisir, comme à plusieurs, à la fin de la prestation, avec une relecture de Here Comes the Sun, lentement dévoilée à travers une longue introduction. Un superbe moment qui tombait bien avec ce soleil présent. On a senti que le Festif! venait d’être lancé. Et plus tard, en soirée, Klô Pelgag, Calamine, Alaclair Ensemble ont eux aussi offert deux prestations au Bas de la Baie et au parc du Gouffre.

Les foules des années de l’avant-COVID n’étaient pas présentes, mercredi soir, dans le centre-ville de Baie-Saint-Paul. Il faut dire qu’il n’y a pas de spectacles gratuits et qu’il faut avoir un billet pour assister aux prestations qui sont présentées sur les 12 scènes aménagées en retrait.


Louis-Jean Cormier sera en vedette jeudi soir, à 20 h 15 et 23 h 45, au parc du Gouffre.