/news/politics
Navigation

Frontière américaine fermée: «il faudra tolérer un certain niveau de risque», dit Jean Charest

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement américain devra «arriver à un point où il faudra tolérer un certain niveau de risque» lié à la COVID-19 et rouvrir ses frontières, croit l’ancien premier ministre du Québec Jean Charest. 

• À lire aussi: La fermeture de la frontière américaine prolongée un mois de plus

«Comme nous avons une grippe saisonnière et on vit avec la grippe saisonnière, ses conséquences, et on gère le risque. Et la même chose est vraie pour la COVID-19 pour l’avenir», a-t-il dit en entrevue à LCN, mercredi.

M. Charest précise que pour lui, «gérer le risque, ça signifie pouvoir permettre aux gens qui sont doublement vaccinés, testés, de circuler».

«Ceux qu’ils ne le sont pas [vaccinés], évidemment, ils en assument les conséquences», a ajouté l’ancien premier ministre qui est membre d’un groupe de réflexion sur la réouverture des frontières.

Une décision «décevante»

Selon Jean Charest, la décision des États-Unis de prolonger la fermeture de ses frontières jusqu’au 21 août a été prise en raison de la situation au Mexique.

«Les Américains veulent de toute évidence une politique qui est cohérente sur les deux frontières», a-t-il soutenu.

Il critique toutefois ce choix. «C’est quand même décevant, je vous avoue, parce que les gouvernements, au point de départ, avaient décidé d’agir en tandem», a indiqué Jean Charest.

Il trouve aussi incohérent que les personnes doublement vaccinées puissent traverser la frontière entre le Canada et les États-Unis d’un côté, mais pas de l’autre.

«Pour les personnes qui sont doublement vaccinées, s’ils peuvent se déplacer librement d’un côté de la frontière, il n’y a pas de raison pour qu’ils ne puissent pas se déplacer de l’autre côté de la frontière», a-t-il déploré.

À quand la réouverture?

D’après M. Charest, le gouvernement américain pourrait décider d’ouvrir la frontière à la fin du mois de septembre.

«Si le gouvernement américain ne bouge pas plus tôt, le 21 septembre, ils auront beaucoup de pression de la part des élus qui sont du côté de la frontière américaine et de la part des milieux d’affaires», a-t-il indiqué.

«À mon avis, au 21 septembre, il est fort probable que les Américains décident de rouvrir la frontière pour les gens qui sont doublement vaccinés», a conclu l’ancien politicien.