/lifestyle/columnists
Navigation

Par essence, un secret doit rester secret

Coup d'oeil sur cet article

L’unique thème de votre chronique du dimanche 23 mai dernier qui portait le titre « Un secret ne doit jamais être partagé » a réveillé en moi un douloureux souvenir d’enfance. Celui de la fois où j’ai vu mon père attablé dans un restaurant avec une femme et que malgré sa demande de ne surtout pas en parler à ma mère, je lui ai dévoilé ce que j’avais vu. Mes parents se sont séparés et je ne me le suis jamais pardonné.

Anonyme

Je trouve inacceptable de la part de votre père de vous avoir mis devant pareil dilemme et j’espère que vous ne portez pas cela sur vos épaules encore aujourd’hui. Un autre lecteur m’a fait parvenir une maxime que je ne connaissais pas et que lui répétait son père dans son enfance : « Quand on est deux à connaître un secret, on est un de trop ».