/news/currentevents
Navigation

270 kg de cocaïne importés par voilier: deux résidents du Bas-Saint-Laurent arrêtés

Magella Raymond et Josée Caisey
Photo courtoisie, Facebook

Coup d'oeil sur cet article

Un couple a comparu mercredi en lien avec une saisie, l’année dernière, de 270 kg de cocaïne, une quantité évaluée à plus de 30 millions de dollars, ce qui jette la consternation dans le petit village de Baie-des-Sables, dans le Bas-Saint-Laurent. 

Magella Raymond, 70 ans, et Josée Caisey, 60 ans, font face à des chefs d'accusation pour importation et possession de cocaïne en vue d’en faire le trafic, a indiqué la Gendarmerie Royale du Canada (GRC).

Magella Raymond et Josée Caisey
Capture d’écran, Facebook

Magella Raymond et Josée Caisey
Photo courtoisie, Facebook

Ils ont comparu par vidéoconférence devant la Cour provinciale de la Nouvelle-Écosse à partir des bureaux de la GRC, à Rimouski.

Le couple, qui pourrait maintenant être séparé, a été libéré sous conditions. Il comparaîtra à nouveau le 20 août et devrait plaider non coupable, selon son avocat.

Rencontrée par TVA Nouvelles, Mme Caisey n’a pas voulu donner d’entrevue. Elle a clamé son innocence en disant «qu’elle ne savait pas que cette drogue se trouvait à bord». 

  • Écoutez l'entrevue de l'avocate Nada Boumeftah avec Vincent Dessureault sur QUB Radio:   

À l’emploi de la municipalité

Quelques mois après son arrestation, Magella Raymond a été engagé par la municipalité de Baie-des-Sables pour l’entretien et la surveillance du centre communautaire et de la patinoire municipale, à l’hiver 2020-2021.

La mairesse affirme que la municipalité n’était pas au courant des démêlés de l’homme avec la justice.

«Nous l’avons appris hier [mercredi]. C’est une petite municipalité. Tout le monde est surpris. C’est la première fois qu’il était employé. Il a été choisi pour ses compétences. Il était un très bon employé et un très bon citoyen», a lancé Marie-Claude Saucier, mairesse de la municipalité de 620 habitants située à 30 km de Matane.

Certains le savaient

Les problèmes avec la justice de Magella Raymond étaient cependant connus à la marina de Matane où l’individu était bénévole. Il y a même occupé les fonctions de commodore en 2015 et en 2016 et a été président du club de yacht.

«Quand on a su qu’il s’était fait prendre l’an dernier à Halifax avec son bateau, on s’est demandé ce qu’il avait fait là. Ça fait ordinaire. On ne pensait pas que ça tournerait comme ça. C’est un bon gars, un bon diable. Je le connais depuis longtemps», a expliqué le commodore actuel, Steven Grant.

«Il est venu à la marina ce printemps faire des corvées, poursuit M. Grant. Certains lui posaient des questions, il répondait qu’il était en attente, qu’il ne savait pas ce qui allait se passer. On ne s’attendait pas à ce que la justice le laisse passer. Surtout avec ce qu’il y avait sur le bateau. Il avait dit à quelqu’un qu’il essayerait au moins d’enlever ça des épaules de sa blonde. Mais c’est difficile de croire qu’on peut l’ignorer quand il y en avait autant [de drogue].»

Un excellent marin

Les qualités de navigateur de Magella Raymond ne font aucun doute aux yeux du commodore.

«Il a passé sa vie sur l’eau. J’ai fait la pêche avec lui dans le temps quand il avait son bateau pour le crabe. Moi je pêchais la crevette.»

M. Grant ne sait pas si l’accusé avait des problèmes d’argent.

«Il payait toujours ses affaires [cotisation de membre pour la marina]. Il était parfois un peu en retard, mais il n’est pas le seul. Il a aussi travaillé comme électricien dans le bout de la Baie-James. Je ne sais pas s’il manquait ou s’il a voulu faire un gros coup d’argent et se reposer. Là, il va se reposer à nos frais», conclut-il.

Défaut de s’identifier

L’affaire remonte au 17 juillet 2020, lorsque l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a déclenché une enquête concernant un voilier provenant des Caraïbes qui ne lui avait pas déclaré son arrivée au Canada.

Des agents des Opérations maritimes de l’ASFC ont ensuite intercepté le voilier, l’Interlude, à un club nautique de la région d’Halifax, en Nouvelle-Écosse, le 18 juillet.

Les agents ont découvert environ 270 kilos de cocaïne dissimulée à divers endroits du voilier. L’ASFC estime la valeur de cette saisie à environ 33,8 millions de dollars.

Magella Raymond et Josée Caisey
Photo courtoisie GRC

Magella Raymond et Josée Caisey, seuls à bord du voilier, ont alors été arrêtés et confiés à la GRC, avec la drogue. Ils ont été libérés le lendemain.

L’ASFC a saisi l’Interlude, un voilier de 35 pieds construit en 1975, qui se trouve toujours à Halifax.

Magella Raymond et Josée Caisey
Photo courtoisie Facebook

— Avec la collaboration de Vanessa Limoges, TVA Nouvelles

Le fil des événements  

  • 17 juillet 2020: l’Agence des services frontaliers ouvre une enquête concernant un voilier provenant des Caraïbes qui n’a pas déclaré son arrivée au Canada. 
  • 18 juillet 2020: le voilier, l’Interlude, est intercepté à Halifax. 270 kg de cocaïne, évalués à 33,4 M$, sont découverts à bord. Les deux occupants, le propriétaire, Magella Raymond, et sa conjointe, Josée Caisey, sont arrêtés. 
  • 19 juillet 2020: Magella Raymond et Josée Caisey sont libérés. 
  • Hiver 2020-2021: Magella Raymond est embauché par la municipalité de Baie-des-Sables pour l’entretien de la patinoire et du centre communautaire. 
  • 21 juillet 2021: Magella Raymond et Josée Caisey sont accusés d'importation et de possession de cocaïne en vue d’en faire le trafic. 
  • 20 août 2021: Magella Raymond et Josée Caisey devront enregistrer leur plaidoyer.  

À VOIR AUSSI: