/finance/business
Navigation

Ancien PDG de CIMA+: Kazimir Olechnowicz devra renoncer à son titre d’ingénieur

Kazimir Olechnowicz
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir été éclaboussé lors de la commission Charbonneau, l’ancien PDG de CIMA+ Kazimir Olechnowicz se retrouve encore dans la tourmente alors qu’il devra abandonner définitivement son titre d'ingénieur et la pratique du génie. 

Celui qui n’est plus membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ) depuis quelques années devra aussi payer 75 000 $ après avoir plaidé coupable devant le conseil de discipline de celui-ci d’avoir notamment toléré la mise en place d'un système de partage de contrats contournant le processus d'appel d'offres de la Ville de Laval. Ce stratagème impliquait le versement de ristournes à un parti politique municipal, celui dirigé par l’ex-maire Gilles Vaillancourt.

M. Olechnowicz a également négligé d'intervenir pour mettre fin à un stratagème de fausse facturation visant à verser des sommes d'argent à un parti politique municipal entre 2002 et 2009.

Le conseil de discipline de l'OIQ souligne dans sa décision «qu'un tel comportement d'un président d'une firme d'ingénieurs prestigieuse porte atteinte à la réputation et à la dignité de la profession».

Ce jugement a été rendu à la suite d’une plainte déposée par le syndic adjoint Bernard Pelletier en juillet 2019.

L’ex-dirigeant aura 90 jours pour payer l’amende.

En 2014, l’ex-ingénieur a avoué lors de la commission Charbonneau avoir rencontré l’ex-grand argentier du Parti libéral du Québec (PLQ), Marc Bibeau, à quelques reprises. Il avait eu connaissance de «quelques cas de prête-noms» au sein de CIMA+. Sa compagnie avait donné plus de 1 million $ au PLQ, avait-il également déclaré.

L’homme avait dû par la suite démissionner de la compagnie qu’il avait fondée en 1990 afin qu’elle obtienne sa certification de l’Autorité des marchés financiers (AMF).