/sports/hockey/canadien
Navigation

Shea Weber à la croisée des chemins

Marc Bergevin confirme que la carrière de son capitaine est compromise

Coup d'oeil sur cet article

 Rares sont les athlètes qui se retirent de la compétition selon leurs propres termes. Quand ils ne sont pas tassés sur la voie d’évitement par la relève qui leur pousse dans le derrière, c’est leur corps meurtri qui sonne l’alerte.

• À lire aussi: Shea Weber: un corps meurtri

• À lire aussi: Le Kraken ignore Carey Price

• À lire aussi: Kelly Buchberger devient entraîneur adjoint à Laval

En serrant la main à son homologue Steven Stamkos après la défaite des siens le 7 juillet à Tampa, le capitaine Shea Weber a peut-être aussi mis un trait sur sa carrière.
Photo d'archives, AFP
En serrant la main à son homologue Steven Stamkos après la défaite des siens le 7 juillet à Tampa, le capitaine Shea Weber a peut-être aussi mis un trait sur sa carrière.

Il semble que Shea Weber ne sera pas épargné par le cruel destin du sport. C’est du moins ce qu’a laissé entendre Marc Bergevin, par le biais d’une visioconférence, indiquant à mot à peine couvert qu’on avait peut-être vu Weber dans l’uniforme du Canadien pour la dernière fois, le 7 juillet, sur la glace du Amalie Arena de Tampa.

« Il a beaucoup de millage, il a vraiment poussé son corps à la limite. Qu’on le revoie l’an prochain, ce n’est pas une possibilité. C’est également probablement le cas pour sa carrière », a laissé tomber le directeur général du Canadien.

Blessure à un genou, à une cheville, à un pied et, dernièrement, à un pouce. Rares sont les parties de l’anatomie du capitaine qui ont été épargnées depuis son arrivée à Montréal en juin 2016.    

  • Écoutez le chroniqueur sportif de TVA Sports, Charles-Antoine Sinotte, avec Vincent Dessureault sur QUB Radio:   

« Tous les jours, il ressent beaucoup de douleurs. Ça lui prend beaucoup de temps le matin pour simplement se préparer pour un entraînement. Et ce n’est pas quelqu’un qui se plaint », a souligné Bergevin.

Photo d'archives, AFP

« Impossible à remplacer »

D’ailleurs, selon ce qu’avançait Darren Dreger, sur les ondes de TSN1050 la semaine dernière, les opérations que le défenseur s’apprête à subir seraient pratiquées davantage pour lui assurer une qualité de vie que pour simplement le remettre sur patins.

Pourtant, on parle ici d’un joueur qui a disputé au-delà de 25 minutes par match durant toutes les séries éliminatoires. D’ailleurs, le directeur général du Canadien a assuré qu’il n’était pas au courant que l’état de santé de l’athlète de 35 ans était aussi précaire.

Même chose du côté de ses joueurs, malgré les accolades distribuées au capitaine à la suite de l’élimination du Tricolore en finale de la Coupe Stanley.

Ce n’est que dans les jours suivants qu’il a découvert la gravité de la situation.

« Nous avons eu une conversation très émotive. J’ai beaucoup de respect pour lui, pour ce qu’il a accompli pour le Canadien. Il sera impossible à remplacer », a lancé Bergevin.

Photo d'archives, AFP

À la recherche d’un droitier

Effectivement, le Canadien perd un gros morceau, mais l’architecte du Tricolore devra passer les prochaines semaines à trouver une alternative.

Puisque le nom de Weber sera placé sur la liste des blessés à long terme, son empreinte de 7,86 M$ n’apparaîtra pas sur la masse salariale du Canadien. Ce qui donnera à Bergevin les coudées un peu plus franches pour ses emplettes.

« Nous allons regarder le marché, autant du côté des transactions que de celui des joueurs autonomes pour essayer un tant soit peu », a indiqué Bergevin.

Et idéalement, même s’il a rappelé que Joel Edmundson peut évoluer sur le côté droit, le DG se concentrera sur l’embauche d’un défenseur droitier.

Jusqu’ici, Weber a disputé 1038 matchs de saison régulière dans la LNH, dont 275 avec le Canadien. Il a inscrit 224 buts et 365 aides.

À VOIR AUSSI: