/finance
Navigation

Rejet de GNL Québec: le Saguenay-Lac-Saint-Jean doit investir ailleurs

Coup d'oeil sur cet article

La région du Saguenay-Lac-Saint-Jean ne peut compter sur le projet de GNL Québec, rejeté mercredi par le gouvernement du Québec, alors elle doit investir ailleurs. 

• À lire aussi: Québec rejette officiellement le projet de GNL Québec

• À lire aussi: GNL Québec: des citations qui prouvent que le gouvernement a complètement changé d'idée

C'est d'ailleurs l'opinion du député conservateur dans Chicoutimi–Le Fjord, Richard Martel. Il voudrait que le gouvernement donne un signal clair aux gens de la région en investissant au Port de Saguenay.

Malgré le fait que le projet de GNL Québec ne verra finalement pas le jour à cet endroit, le port doit être adapté pour d'éventuelles occasions, selon lui.

«Faudrait le rendre attrayant tout de suite au départ. On n'est pas capable d'avoir de convoyeurs, il n'y a pas d'eau, on n'a pas de gaz naturel qui va là et un moment donné ça, c'est très important», a indiqué M. Martel, jeudi, à TVA Nouvelles.

«Il y a Arianne Phosphate, Métaux BlackRock, il y avait GNL et il y a également Elysis. Il y a d'autres projets pour Port Saguenay. Il y a cinq compagnies aussi qu'on travaille pour des projets avec Port Saguenay», a dit la ministre responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest.

En s'y prenant d'avance, Richard Martel croit que les délais pour l'approbation de nouveaux projets pourraient être moins longs.

C'est aussi plus intéressant pour les investisseurs si le port est déjà adapté.

En voyant le refus du gouvernement dans le dossier de GNL Québec, ils pourraient être plus réticents à investir dans la région.

«Va falloir que les promoteurs expliquent très bien leurs projets puis il va falloir qu'ils accompagnent ces investisseurs-là pour qu'ils comprennent bien l'environnement. Mais c'est certain que ç’a causé du dommage, il y aura du rattrapage à faire», a indiqué le chef des opérations chez Arianne Phosphate, Jean-Sébastien David.

Même si le projet d'Arianne Phosphate n'est pas touché par la décision rendue mercredi pour GNL Québec, M. David est inquiet pour les projets.

«Il faut arrêter d'opposer environnement et économie parce que le potentiel créateur d'emplois, de richesse, est dans le secteur relié à l'environnement», a souligné pour sa part le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault.

Tous s'entendent pour dire que la région doit diversifier son économie.