/sports/others
Navigation

Vêtements olympiques faits à l'étranger: «c'est un peu un faux débat», dit Louis Garneau

Coup d'oeil sur cet article

Le reportage du Journal révélant que les vêtements olympiques du Canada sont fabriqués en Chine, au Cambodge et au Mexique en a probablement surpris plus d’un, mais pas Louis Garneau. 

• À lire aussi: Les vêtements olympiques du Canada fabriqués en Chine, au Cambodge et au Mexique

«Il y a 20 ans, j’avais écrit au premier ministre canadien de l’époque, Jean Chrétien, pour dénoncer la même situation et je m’étais fait dire que ce n’était pas possible [de les faire produire au Canada]. Aujourd’hui, il est trop tard, il n’y a plus de manufactures au Canada», a dit l’homme d’affaires au microphone de Vincent Dessureault à QUB radio, jeudi.

Chez nos voisins américains, les vêtements de l’équipe olympique sont fabriqués par Ralph Lauren, directement aux États-Unis. M. Garneau doute fortement de la véracité de cette information. «Je te gage une bouteille de champagne», a-t-il répondu à l’animateur.

L’entrepreneur ajoute que l’achat de vêtements de magasins au rabais n’a pas aidé la situation. «Je me demande si cette situation n’est pas un faux discours, parce que l’industrie textile [canadienne], on l’a tuée», a déclaré celui qui a dû fermer sa production textile en 2019.

«Mais, au moins, on fait d’autres choses. Les prototypes, le développement et la recherche sont faits à Saint-Augustin-de-Desmaures», a-t-il évoqué au sujet du siège social de son entreprise situé en banlieue de Québec.

Celui qui était l’un des rares à produire ses vêtements au Canada ressort de plusieurs années difficiles où il a presque perdu son entreprise. Après avoir abandonné son unité de production textile, l'entreprise québécoise a demandé, en mars 2020, la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. Quelques mois plus tard, en août, l’homme d’affaires a déposé une offre de règlement à ses nombreux créanciers et a pu se restructurer en décembre.

«Je me suis rendu au bout de mon modèle d’affaires. La dernière année, j’ai perdu 2 millions», a-t-il partagé.

En ce qui a trait à la collection canadienne pour Tokyo, M. Garneau reste un peu perplexe.

«On a voulu donner une teinte canadienne, je ne suis pas sûr que j’aurais fait ça. On a de très bons designers au Québec, on aurait pu faire quelque chose d’intéressant.»

Les vêtements de la délégation canadienne ont été conçus par la Compagnie de la Baie d'Hudson et Levi’s.