/opinion/columnists
Navigation

Voir un médecin, une épreuve

Coup d'oeil sur cet article

Voir un médecin en première ligne s’apparente depuis des mois à un véritable chemin de croix au Québec. Et le pire, c’est que la situation risque de perdurer encore plusieurs semaines.

Cela peut sembler paradoxal, mais il n’a sans doute jamais été aussi difficile de voir un médecin en première ligne que durant la pandémie. C’est le cas à Québec et à Montréal, mais aussi dans plusieurs autres régions.

Il est impossible de consulter un médecin de famille dès que vous souffrez de maux de tête, de fatigue, de toux, de congestion, de mal de gorge ou d’oreille. Comme il s’agit de symptômes pouvant s’apparenter à la COVID, les patients sont automatiquement refusés.

Quand des médecins craignent de voir des patients, malgré le vaccin et le peu de cas de COVID, il y a de quoi se poser de sérieuses questions.

Patients ballottés 

En quête d’un rendez-vous pour un proche, j’ai dû multiplier les démarches sur plusieurs jours. J’ai été orientée vers Info Santé, puis vers une clinique désignée d’évaluation (CDE), où il y avait une possibilité de rendez-vous dans une clinique en zone « chaude »... après six jours. 

« Oui, il y a certains risques à attendre, c’est documenté dans la littérature : plus il y a d’attente, plus il y a de complications et de décès », confirme le Dr Gilbert Boucher, président de l’Association des spécialistes en médecine d’urgence du Québec (ASMUQ). Ce dernier ajoute qu’heureusement, il ne semble pas y avoir eu de catastrophe encore.  

Le Dr Boucher a souvent dénoncé le fait que les urgences se retrouvaient ainsi engorgées pour des cas qui auraient dû être vus en première ligne. 

Autre épidémie

Depuis la fin de juin, avec le déconfinement, les virus autres que celui de la COVID se sont en effet multipliés. Une petite épidémie semblable à celle qu’on observe durant la saison de la grippe sévit. Au même moment, les CDE ferment progressivement leurs portes, sur directive du ministère, étant donné la baisse des cas de COVID. À Québec par exemple, il n’en reste qu’une sur quatre. Bien des malades se retrouvent sans ressources autres que l’urgence.

« Vous êtes la quatrième journaliste qui a des enfants et qui fait un article là-dessus pour avoir fait des démarches, et effectivement, ce sont des chemins de croix », lance le Dr Boucher. Selon le spécialiste, il aurait été possible d’aménager les choses autrement, en prévoyant des plages de consultation en zone chaude l’avant-midi et froide l’après-midi dans les cliniques, par exemple.

La situation dans les urgences a poussé le ministère de la Santé à émettre une directive sommant les médecins de famille à revoir leurs patients même s’ils ont des symptômes pouvant s’apparenter à la COVID. Ils ont jusqu’au 6 septembre pour se conformer.

Depuis, la situation n’a pas changé, et il ne faut pas s’attendre à de véritables modifications avant la mi-août, estime le Dr Boucher. « Ça prend un petit peu de réaménagement dans les cliniques, ça ne changera pas du jour au lendemain, mais on espère vraiment que ce sera opérationnel à la fin août, alors qu’il y aura plus de volume de patients. »