/entertainment/shows
Navigation

Le Festif! de Baie-Saint-Paul: réveil bucolique

La formation Mon Doux Saigneur lance le Jour 4 à 4 h 45 du matin

Mon Doux Saigneur
Photo courtoisie, Francis Gagnon Les cinq musiciens de la formation Mon Doux Saigneur avaient sorti tout leur attirail pour cette prestation donnée à 4 h 45 du matin.

Coup d'oeil sur cet article

BAIE-SAINT-PAUL | Les concerts à l’aube du Festif!, qui se déroulent à 4 h 45 du matin, sont habituellement offerts par un artiste en solo en formule acoustique. Samedi, Mon Doux Saigneur a sorti la cavalerie lourde avec de la guitare électrique, de la basse, une batterie, du « lap steel » et des amplis.

• À lire aussi: Le Festif! de Baie-Saint-Paul: les «flos à calotte» électrisent la bétonnière Perron

Les clients de l’hôtel Germain Charlevoix avaient été avisés. Samedi matin et celui de dimanche ne seraient pas comme les autres. On en a même vu un en robe de chambre blanche, près des pâturages où avait lieu le spectacle, faire du « air guitar » à la fin d’un nouveau titre intitulé Rodéo

« Le Festif! m’avait approché pour une performance en solo. J’ai réussi à les convaincre pour une prestation en groupe en leur disant qu’on était pour faire une version très smooth et que nos besoins techniques n’étaient pas si grands que ça », avait raconté le chanteur et guitariste Emerik St-Cyr Labbé, en début de semaine.

La puissance sonore n’était pas exagérée, mais elle tranchait tout de même à cette heure matinale. C’était pas mal plus de son que les autres fois avec Stéphane Lafleur d’Avec pas d’casque et Philippe B.

Le chanteur, capuchon de son « hoodie » sur sa tête, croit qu’il aurait « choké » s’il s’était retrouvé seul sur scène, entouré de vaches, poules, coqs, moutons et d’un public aux petits yeux. 

En pieds de bas

Après avoir joué sur le toit d’un gîte et sur le comptoir d’un dépanneur au cours des dernières années, Mon Doux Saigneur expérimentait pour la toute première fois un concert aux aurores.

« Je pense qu’on va faire ça plus souvent », a-t-il dit à la fin de la prestation, ajoutant que cette prochaine fois se ferait dimanche à la même heure.

La centaine de spectateurs, assis et « évachés » sur des « beanbags », sur une couverture ou les fesses directement dans la rosée, étaient relaxes, pendant que Jupiter était visible dans le ciel sombre. 

Canette de bière à la main et du café ou du Guru, certains avaient passé la nuit sur la corde à linge. Les poules et les coqs, bien réveillés, marchaient en picorant autour du poulailler.

Après quelques chansons, le batteur Mandela Coupal Dalgleish, qui jouait en pieds de bas, a pris quelques secondes pour s’asseoir sur ses mains afin de se réchauffer. Il faisait 12 degrés.

Mon Doux Saigneur a profité de l’occasion pour offrir quelques nouvelles chansons. Ils ont aussi interprété Awaye, une « toune » qui a été composée à Baie-Saint-Paul et que l’on retrouve sur l’album Horizon

« On a composé ça le lendemain d’un show, en voyant quelqu’un qui marchait sur l’eau. C’était plutôt quelqu’un en paddleboard. C’est la première fois que je voyais ça », a raconté Emerik St-Cyr Labbé.

Avant Aller, le chanteur-guitariste s’est senti dans sa zone. « Ça me connaît, moi, le pâturage », a-t-il fait savoir.

Et vers 5 h 40, il a présenté Horizon, indiquant qu’on était tous pour aller se coucher après cette pièce. Et ce fut, encore une fois, un rendez-vous mémorable.


♦ Elisapie, Men I Trust et le collectif TEKE::TEKE sont les vedettes de la dernière journée du Festif!