/sports/hockey/canadien
Navigation

Le mauvais message du CH

Avec le repêchage de Logan Mailloux, le Canadien soulève la colère d’à peu près tout le monde

Logan Mailloux
Photo courtoisie, Matt Hiscox Logan Mailloux, du t­emps qu’il jouait pour les Knights de London dans la Ligue de hockey junior de l’Ontario.

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien est critiqué de toutes parts après avoir repêché vendredi le controversé Logan Mailloux, condamné pour avoir pris et partagé une photo intime de sa partenaire sans son consentement.

• À lire aussi: Trevor Timmins revient sur Logan Mailloux

• À lire aussi: Isabelle Charest «surprise et déçue» de la sélection de Logan Mailloux

• À lire aussi: «Je dois mériter la confiance des partisans»

« Ça montre une fois de plus que collectivement, on ne prend pas ces gestes-là au sérieux », déplore Roxanne Ocampo, du Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel. 

Elle n’en revient pas que le Tricolore ait pris cette décision en toute connaissance de cause. D’autant que le jeune espoir ne s’attendait même pas à être sélectionné à cause de cette histoire.

« Pourquoi lui dérouler le tapis rouge ? Ce n’est pas au Canadien de décider s’il a le droit à une deuxième chance, c’est à la victime », s’offusque Mme Ocampo.

Sentence clémente

En décembre dernier, alors qu’il évoluait au sein du hockey mineur, en Suède, Logan Mailloux a été condamné pour avoir envoyé à ses amis une photo de sa partenaire sexuelle pendant leurs ébats.

La jeune femme a expliqué que même si la relation était consentante, la photo a été prise et envoyée à son insu. Comme il était encore mineur à l’époque, le choix de premier tour du CH s’en est tiré avec une amende de moins de 2000 $.

« C’est correct qu’à son âge on ait le droit à une deuxième chance, mais il aurait dû prendre son mal en patience et revenir dans deux-trois ans pour faire le cheminement nécessaire », pense Enrico Cicconne, député libéral et ex-joueur de la Ligue nationale de hockey.

Problème répandu

La cofondatrice du mouvement « Québec contre les violences sexuelles », Mélanie Lemay, croit elle aussi que cette décision assumée par Marc Bergevin survient beaucoup trop tôt après les faits pour qu’il y ait eu un réel cheminement de la part du jeune Logan Mailloux.

Elle ajoute que ce choix envoie un bien drôle de message chez les jeunes partisans.

« Quand on va dans les écoles secondaires, tout le monde connaît une personne qui a eu des images intimes d’elle partagées à son insu. Ces victimes-là se font pointer du doigt et elles n’ont aucune ressource vers qui se tourner », témoigne-t-elle.

C’est ce qui fait dire à Danièle Sauvageau, ancienne entraîneuse de l’équipe canadienne de hockey féminin, que le tollé soulevé par le repêchage de Mailloux doit servir de prétexte pour accroître la sensibilisation.

« Ça rappelle que les grosses organisations, comme le Canadien, doivent travailler de pair avec les ligues juniors pour éduquer les joueurs, surtout que le hockey est un climat propice à ce genre de comportement », souligne celle qui a fait de l’inclusion des femmes dans le hockey le combat de sa vie.

Gestion de crise réglée au quart de tour  

Face à ce déluge de réactions négatives, les experts s’expliquent mal pourquoi le Bleu-blanc-rouge a pris un tel risque en choisissant ce joueur que l’on dit certes talentueux, mais tout de même pas surdoué.

« Le Canadien a visiblement pensé que le risque en valait la chandelle », s’étonne Victor Henriquez, spécialiste en gestion de crise.

Une crise, c’est bien ce à quoi est confronté le club montréalais depuis le début du repêchage, vendredi, alors que les critiques sont venues tant des organismes qui luttent contre la violence sexuelle que des milieux sportif et politique.

Or jusqu’ici, l’organisation garde le cap dans la tempête, constate Victor Henriquez. Il y voit la preuve que le CH s’était minutieusement préparé à ce scandale avant même qu’il n’éclate.

« On n’a pas été pris au dépourvu. On savait quelle serait la réaction et on s’est préparé. Moi, un point de presse aussi bien préparé à minuit moins cinq, je n’ai pas souvent vu ça », explique le communicateur d’expérience.

Bonne chance à Montréal

La pièce maîtresse de cette campagne de relations publiques orchestrée : les excuses, hier matin, du jeune Logan Mailloux.

Pour M. Henriquez, il s’agissait là d’une première étape nécessaire pour que la recrue ontarienne, aujourd’hui âgée de 18 ans, obtienne le pardon des fans.

Reste que plusieurs partisans l’attendront à Montréal avec une brique et un fanal, indifférents à ce mea culpa.

« On n’aide pas ce petit gars-là en l’amenant à Montréal. Il a besoin d’aide et il va avoir énormément de pression à Montréal. Il aurait été beaucoup mieux en Caroline du Nord », croit le député Enrico Ciccone.

Pas assez de femmes ?

Le Tricolore aurait-il fait ce pari risqué si des femmes occupaient des postes clés dans la direction, comme c’est de plus en plus le cas dans d’autres sports professionnels ?

Créatrice du site « Femme d’hockey », Isabelle Ethier n’est pas de cet avis. Elle insiste pour dire qu’il ne faut pas y voir la manifestation d’un quelconque « boys club ».

« Les choses sont en train de changer dans le hockey depuis 5-10 ans, dit-elle. Cette controverse le montre bien. Regardez comment beaucoup de gens se sont levés pour dire que c’était inacceptable. »

Désapprobation générale  

« Posséder des habiletés athlétiques exceptionnelles, c’est une chose, mais je crois sincèrement que ceux qui en font partie se doivent d’être des modèles, sur et en dehors de la glace. »

– Isabelle Charest, ministre responsable du Sport et de la Condition féminine 


« Le rêve de beaucoup de petits garçons est de jouer pour le Canadien. En repêchant un jeune accusé d’un crime sexuel, le CH envoie un terrible message : vous pouvez dégrader les femmes et vous méritez encore votre place dans notre organisation. »

– Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de Québec solidaire 


« Une décision qui s’inscrit dans la culture du viol ! »

– Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.