/news/health
Navigation

Les urgences de Saint-Jérôme et de Saint-Eustache à éviter

Pendant ce temps, plusieurs travailleurs malades ou épuisés manquent à l’appel

Les urgences de Saint-Jérôme et de Saint-Eustache à éviter
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Les autorités recommandent d’éviter les urgences de deux hôpitaux des Laurentides tellement l’afflux des vacanciers est grand.

Les employés à l’urgence des hôpitaux de Saint-Jérôme et de Saint-Eustache en ont plein les bras depuis quelques jours.
Photo Agence QMI, Martin Alarie
Les employés à l’urgence des hôpitaux de Saint-Jérôme et de Saint-Eustache en ont plein les bras depuis quelques jours.

Samedi, à Saint-Jérôme et à Saint-Eustache, les urgences affichaient des taux d’occupation de 175 % et de 126 % respectivement, une tendance qui se maintient depuis quelques jours.

Cet achalandage monstre coïncide avec un taux d’absentéisme particulièrement élevé parmi le personnel et l’arrivée massive de visiteurs pour les vacances. 

« La région des Laurentides compte une très grande quantité de touristes sur son territoire cette année, ce qui amène une pression encore plus grande sur ses hôpitaux », a expliqué à TVA Nouvelles Hugo Morissette, adjoint au directeur des communications du CISSS des Laurentides.

Ces vacanciers proviendraient surtout de la région de Montréal, selon Valérie Lapensée, responsable des communications du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Laurentides en santé et services sociaux.

Le nombre considérable de patients serait notamment dû à des accidents de VTT ou des malaises dans des chalets loués, indique Mme Lapensée. 

D’autres viendraient des glissades d’eau, du parc national d’Oka ou du Beachclub de Pointe-Calumet.

Manque de personnel

« Malgré cela, on n’anticipe pas de bris de service », assure Sylvain Pomerleau, directeur général adjoint en santé physique au CISSS des Laurentides. 

Il ajoute que si le tourisme n’est pas la cause première du débordement des urgences de sa région, il demeure un facteur qui s’ajoute au problème du manque de personnel. 

À Saint-Eustache, aucun agent administratif assurant la coordination des professionnels et des patients n’aurait été en poste en soirée samedi. 

La situation a finalement été corrigée. Samedi en matinée, trois préposées aux bénéficiaires manquaient à l’appel pour avoir un ratio habituel.

Et à Saint-Jérôme, « l’épuisement professionnel et les maladies au travail sont vraiment catastrophiques », affirme Valérie Lapensée.

Mieux ailleurs

La situation serait toutefois davantage sous contrôle dans l’Est-du-Québec, comme en Gaspésie, sur la Côte-Nord ou dans le Bas-Saint-Laurent, selon les données consultées par Le Journal.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides a appelé la population à ne pas aller vers ces établissements pour des problèmes de santé mineurs. Elle est invitée à se tourner vers Info-Santé au 811 ou à se rendre en clinique. 

Mais une personne dans une situation critique ou instable est toujours encouragée à se rendre à ces urgences.

Taux d’occupation dans les régions touristiques du Québec

  • Laurentides 134 %
  • Estrie 98 %
  • Lanaudière 93 %
  • Outaouais 81 %
  • Gaspésie–Îles-de- 68 %
  • la-Madeleine 
  • Côte-Nord 66 %

Source : MSSS