/finance/business
Navigation

Affaire Logan Mailloux: St-Hubert pourrait se séparer du CH

Coup d'oeil sur cet article

Le choix de première ronde du Canadien de Montréal au dernier repêchage, Logan Mailloux, crée un malaise chez les partenaires et commanditaires de l’équipe de hockey, notamment le Groupe St-Hubert, qui réévalue son partenariat.  

• À lire aussi: Logan Mailloux : le Canadien «déconnecté», selon Isabelle Melançon

• À lire aussi: Le mauvais message du CH

• À lire aussi: «Je dois mériter la confiance des partisans»

Contactée par Le Journal, l’entreprise de restauration s’est dite «surprise de ce choix». «On est un bon partenaire, on veut garder de belles relations avec eux. Avant de se prononcer, on va avoir des discussions avec le Canadien, on a lancé des perches. Par la suite, on va voir la décision que l’on prend», a estimé Josée Vaillancourt, porte-parole du Groupe St-Hubert. 

L’entreprise prendra le temps qu’il faut pour analyser le dossier, mais constate que la décision du CH provoque des réactions fort différentes. 

«Ça vient de se produire. Comme tous les partisans du Canadien, on a vu la nouvelle, chacun pense s’il s’agit d’une bonne ou d’une mauvaise chose. Il n’y a pas de bonne réponse là-dedans, tout n’est pas noir ou blanc, il y a des zones de gris. On croit aussi que chacun a droit à une deuxième chance. C’est ce qu’on se dit comme plusieurs», a poursuivi Mme Vaillancourt. 

  • Écoutez l'entrevue avec Victor Henriquez, expert en relations publiques et en gestion de crise avec Varda Étienne et Caroline St-Hilaire sur QUB radio :

Pas de commentaire pour le Fonds FTQ

Actionnaire du CH, le Fonds de solidarité FTQ n’a pas voulu s’immiscer dans les affaires du club de hockey.

«Dans ce cas-ci comme dans n’importe quelle autre décision de repêchage ou de gestion des opérations courantes du club, nous ne faisons pas de commentaires, car cela appartient à l’administration», a indiqué Johanne Bissonnette, porte-parole de l’organisation. 

L’entreprise de commandes de repas en ligne Skip et le quincaillier RONA n’ont pas voulu commenter le dossier.  

Aucune réponse de Desjardins, Bombardier, Tim Hortons...

Lors de la mise en ligne de cet article, un autre actionnaire du CH, l’entreprise de télécommunications Bell, mais aussi des commanditaires de premier plan comme le Mouvement Desjardins, Bombardier, Tim Hortons, Esso, Enterprise, IBM, la Cage ou Techo Bloc n’avaient pas répondu à nos appels ou demandes d’entrevue. 

En novembre dernier, Logan Mailloux qui évoluait en Suède a partagé une photo de sa partenaire sexuelle, à son insu, alors qu’elle lui faisait une fellation. Mailloux a été accusé de diffamation et de partage d’une image intime sans consentement.

CAPTURE D'ÉCRAN / AGENCE QMI

Après sa sélection par le Canadien, le joueur a indiqué avoir manqué de jugement et s’est excusé à sa victime et à sa famille. 

Mais les réactions ont été épidermiques, notamment dans la classe politique. «Le choix de repêcher M. Mailloux ne va pas du tout dans le sens du changement de culture positif que je souhaite instaurer dans le milieu sportif et à l’échelle de la société», a souligné la ministre de la Condition féminine, Isabelle Charest, sur Twitter.