/news/currentevents
Navigation

Hochelaga-Maisonneuve: il reçoit des balles comme accueil

Le nouveau locataire d’Hochelaga craint pour sa famille depuis que des projectiles se sont logés dans un mur

Ripon Ahmed devant deux trous qu’ont percé les policiers dans le mur de sa chambre pour extirper les projectiles.
Photo Étienne Paré Ripon Ahmed devant deux trous qu’ont percé les policiers dans le mur de sa chambre pour extirper les projectiles.

Coup d'oeil sur cet article

Un jeune père de famille a eu la peur de sa vie en découvrant trois trous de balles perdues dans la fenêtre de sa chambre à la suite d’un autre incident impliquant des armes à feu à Montréal. 

• À lire aussi - Mercier–Hochelaga-Maisonneuve: un impact de projectile retrouvé dans un logement

Pour Ripon Ahmed et sa famille, il ne fait aucun doute qu’ils n’étaient pas visés par ces tirs, comme ils viennent tout juste d’emménager dans ce logement d'Hochelaga-Maisonneuve. 

« Les propriétaires nous ont dit que les anciens locataires avaient des enfants et qu'ils fumaient quelque chose qui sentait comme de la marijuana », suggère M. Ahmed. 

Heureusement, il était encore sur la route vendredi soir quand, selon toute vraisemblance, des coups de feu ont été tirés vers la pièce qui lui sert de chambre les nuits où il revient tard du travail. 

L’homme originaire du Bangladesh gagne sa vie comme livreur Uber.

  • Écoutez la chronique crime et Société avec Félix Séguin, journaliste au Bureau d’enquête de Québecor sur QUB radio :

Un bruit inconnu

Sa femme, elle, était ailleurs dans leur appartement, en train de border leur jeune fille de 4 ans, lorsqu’elle a entendu un bruit, sans se douter de quoi il s’agissait. 

« La nuit d’avant, j’avais dormi là. Ma femme a été dans cette chambre pendant quelques minutes la soirée où ça s’est passé pour consoler notre fille qui pleurait », poursuit Ripon Ahmed, encore sous le choc.

Ce n’est que samedi en fin d’après après-midi que son épouse et lui ont constaté avec stupéfaction que la fenêtre était trouée et que leur rideau était déchiré.

Paniqués, ils ont aussitôt appelé les policiers, qui ont saisi les projectiles encastrés dans le mur.

« On vient de déménager, mais on veut peut-être déménager encore, parce qu’on a peur », reconnaît le père de 29 ans. 

Arrivé à Montréal il y a quatre ans, Ripon Ahmed n’avait pourtant jamais craint pour sa sécurité et celle des siens avant ce jour.

Pas un événement isolé

Il faut dire que, depuis l’an dernier, le nombre d’événements de ce genre a explosé dans la métropole.

Jeudi, un homme innocent a d’ailleurs été blessé en plein jour dans un café italien de l’arrondissement de Saint-Léonard à la suite d’une tentative de meurtre qui visait un autre client.

Comme pour les projectiles tirés dans l’appartement de la famille Ahmed, personne n’a été arrêté.

À VOIR AUSSI