/news/green
Navigation

Le smog recouvre plusieurs régions du Québec

La route 116 et le centre-ville de Montréal habituellement visibles sont cachés par le smog.
Photo Agence QMI, Joël Lemay La route 116 et le centre-ville de Montréal habituellement visibles sont cachés par le smog.

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec n’est pas épargné par les feux de forêt qui touchent les provinces voisines et qui a provoqué un phénomène de smog, lundi, une situation météorologique plutôt inusitée pendant la période estivale.

• À lire aussi: «Record de chaleur»: un billet de loterie descendu en flammes

• À lire aussi: De nombreux feux de forêt sont toujours actifs dans l’Ouest canadien

«De la fumée en provenance des feux de forêt dans le nord-ouest de l’Ontario et le Manitoba entraîne une mauvaise qualité de l’air. Les conditions vont s’améliorer graduellement mardi», a indiqué Environnement Canada dans son alerte pour Montréal en début d’après-midi, lundi.

La route 116 et le centre-ville de Montréal habituellement visibles sont cachés par le smog.
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Le smog était d’ailleurs bien visible dans la métropole, lundi, mais aussi dans une grande majorité de la Belle Province où plusieurs avertissements ont été émis, à l’exception de l’Est-du-Québec.

«Avoir un tel épisode avec une telle étendue géographique et étendue dans le temps, parce que ça fait pratiquement trois jours qu’on a des conditions comme celle-là, c’est quand même exceptionnel», a expliqué en entrevue à l’Agence QMI le météorologue Gilles Brien.

  • Écoutez l'entrevue de Danny St Pierre avec Dr Mathieu Simon, pneumologue et chef des soins intensifs à l’IUCPQ, sur QUB radio: 

Près de 91% des épisodes de smog se déroulent généralement en hiver et créent une pollution due aux fines particules qui circulent dans l’air.

«Tout ça est dû à la circulation de l’air, qui nous amène des courants d’air de l’ouest, où il y a beaucoup d’incendies de forêt, et ça se déplace très vite dans l’atmosphère étant donné que c’est très haut en altitude», a mentionné le météorologue.

Du smog était bien visible sur le Centre-Ville de Montréal, le pont Jacques-Cartier et la Ronde en raison de la fumée provenant des feux de forêt dans le nord-ouest de l’Ontario et du Manitoba.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Du smog était bien visible sur le Centre-Ville de Montréal, le pont Jacques-Cartier et la Ronde en raison de la fumée provenant des feux de forêt dans le nord-ouest de l’Ontario et du Manitoba.

La métropole a d’ailleurs recensé des seuils élevés de particules fines dans l’air en ce début de semaine, avec notamment une valeur maximale de 129 microgrammes par mètre cube vers 13h. «Ça ressemble à des pollutions comme on peut retrouver en Chine», a souligné M. Brien.

En comparaison, le seuil acceptable de ces particules fines a été établi à 10 microgrammes par mètre cube par l’Organisation mondiale de la santé.

À son pic de pollution lundi, Montréal a donc enregistré une concentration en fines particules qui pouvait s’apparenter à près de six fumeurs présents dans une pièce, a illustré le météorologue en s’appuyant sur des données avancées par des chercheurs.

Environnement Canada a par ailleurs rappelé que le smog affecte principalement «les enfants asthmatiques et les personnes atteintes de maladies respiratoires ou cardiaques» et a recommandé d’éviter les activités physiques intenses à l’extérieur.

Des bulletins de mauvaise qualité de l’air ont également été renouvelés lundi pour les régions de Charlevoix, du parc du Mont-Tremblant, de Saint-Michel-des-Saints, de Parent, de Pontiac ainsi que pour les réserves fauniques des Laurentides et de La Vérendrye.

Il était possible d'apercevoir du smog sur le Stade Olympique lundi en journée.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Il était possible d'apercevoir du smog sur le Stade Olympique lundi en journée.

«Tant que la configuration météo ne change pas, il va falloir attendre que l’air se dégage et change un peu de direction. Ça va probablement se faire quand on va changer de masse d’air, mardi ce sera déjà mieux», a ajouté M. Brien au sujet des conditions pour les prochains jours.

«Les régions vers Trois-Rivières ou Québec devraient en être sorties [mardi] matin assez tôt», a précisé en entrevue à TVA Nouvelles Simon Legault, météorologue à Environnement Canada.

Des orages violents attendus

Des orages violents pourraient aussi s’ajouter au cocktail météorologique dès lundi après-midi et se poursuivre en soirée.

«Cet après-midi et ce soir, les conditions sont propices à la formation d’orages violents pouvant produire des rafales fortes, de la grêle de grosse taille et de la pluie forte», a précisé Environnement Canada.

Une zone orageuse était déjà sous surveillance en plein après-midi en Mauricie, où les météorologues de l’agence fédérale ont pu observer des orages dans les secteurs de Proulxville et de Lac-aux-Sables qui se déplaçaient à 30 kilomètres à l’heure vers l’est.

Un avertissement est en vigueur pour les secteurs de la Beauce, de Charlevoix, du Centre-du-Québec, de l’Estrie, de l’Outaouais, de la Mauricie, de Lanaudière, des Laurentides, de la Montérégie et du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

«Le panache de fumée vient quand même limiter un peu le déclenchement de ces averses et orages, donc ça pourrait diminuer le risque», a déclaré M. Legault à TVA Nouvelles.

Les environs de Montréal et de Québec sont aussi concernés par ces risques d’orages.