/entertainment/music
Navigation

Un Festival d’opéra diversifié à Québec

La 10e édition affiche presque complet

Karina Gauvin
Photo courtoisie, Michael Slobodian La soprano québécoise Karina Gauvin chantera un air de l’opéra Alceste de Gluck lors du concert L’opéra français en fête.

Coup d'oeil sur cet article

Après une année de silence, le Festival d’opéra de Québec est de retour. Les grandes voix lyriques résonneront au cours des prochains jours.

Sans grande surprise, le directeur artistique et baryton Jean-François Lapointe le confirme. Cette programmation, avec quatre spectacles en salle et des événements extérieurs gratuits, a été complexe à assembler en raison de la pandémie.

« C’était ma responsabilité, en tant que directeur artistique, de trouver des solutions et présenter cette 10e édition. Cela a toujours été clair », a-t-il indiqué lors d’un entretien.

Après avoir bâti une programmation pour l’été 2020 qui n’a pas eu lieu, Jean-François Lapointe a élaboré plusieurs scénarios.

« Je travaille là-dessus depuis un an à tout instant. On ne savait pas encore, jusqu’à tout récemment, si on pouvait avoir des gens en salle, mais dans la contrainte peuvent naître de très belles solutions. On a mis un festival en place qui se tient et qui est plus varié que ce qu’il y avait dans le passé », a-t-il indiqué.

Cette 10e édition, qui affiche presque complet, sera lancée, mardi soir, par une relecture humoristique du conte Peau d’âne, de Charles Perrault, à la salle Henri-Gagnon du Pavillon Casault de l’Université Laval. Un spectacle pour toute la famille.

« C’est important pour nous de faire de la création avec de nouveaux spectacles et de la nouvelle musique écrite. Ça fait aussi partie d’un volet jeunes artistes que je veux favoriser », a-t-il fait remarquer.

Du Gluck pour Karina

Karina Gauvin sera du concert L’opéra français en fête, qui sera présenté à guichets fermés, devant 250 spectateurs, le 30 juillet, au Grand Théâtre de Québec. 

Un spectacle qui met en vedette dix chanteurs et chanteuses qui chanteront des airs d’opéras français, et qui sera, plus tard, diffusé en ligne. 

Elle chantera l’air Les divinités du Styx, de l’opéra Alceste de Gluck.

« J’aime beaucoup Gluck. C’est un répertoire qu’on ne fait pas souvent ici. On n’entend jamais ça. C’est un style particulier et qui gagne à être découvert », a mentionné la soprano.