/entertainment/shows
Navigation

Allègement des mesures sanitaires: un pas dans la bonne direction

Les nouveaux assouplissements annoncés ont leur limite

The Franklin Electric
Photo courtoisie, Caroline Perron Pour plusieurs organisateurs, les assouplissements sanitaires annoncés lundi n’auront que peu d’incidence sur les événements à venir. Il serait souvent trop compliqué d’appliquer les nouvelles règles.

Coup d'oeil sur cet article

« C’est un pas vers en avant, mais pas pour nous », a indiqué Sébastien Noël, directeur général des Grandes Fêtes Telus de Rimouski.

• À lire aussi: Assouplissements aux mesures sanitaires: jusqu’à 15 000 personnes à l’extérieur, 7500 à l’intérieur

• À lire aussi: Allègement des mesures sanitaires: un autre pas dans la bonne direction pour les bars

• À lire aussi: Allègements des mesures sanitaires: d’excellentes nouvelles pour les équipes sportives montréalaises

Les nouveaux assouplissements annoncés, lundi, par le ministère de la Culture ne lui permettront pas d’accueillir plus de 3500 spectateurs lors de son événement, qui se déroule du 5 au 8 août.

Pour accueillir les 15 000 personnes qui seront permises, à partir du 1er août, il lui faudrait avoir un site de 40 000 mètres carrés, soit l’équivalent de quatre terrains de football. Trois pour accueillir les 15 000 personnes et un quatrième pour la scène et les infrastructures. Le site du Parc Beauséjour fait 29 000 mètres carrés.

« C’est une mesure physiquement impossible à mettre en place avec la règle du 2 mètres carrés par personne et les bulles de 500 personnes exigées pour les événements sans places assignées. Ça serait différent, toutefois, si ces bulles passaient à 1000 personnes », a-t-il fait remarquer, lors d’un entretien. 

Le directeur général des Grandes Fêtes Telus est en communication avec les gens du regroupement Événements Attractions Québec afin de valider les détails du décret gouvernemental qui sera disponible au cours des prochains jours. 

« Nous allons valider tout ça avant de prendre une décision finale, mais si la bulle de 500 personnes reste, c’est impossible », a-t-il ajouté.

Au Regroupement des festivals régionaux artistiques indépendants (REFRAIN), on était aussi content de ces changements dans les mesures sanitaires, même si « l’augmentation des jauges extérieures à 15 000 personnes par tranche de 500 personnes ne touche pas vraiment la majorité des festivals et membres du REFRAIN, a mentionné Patrick Kearney. L’organisation espère des mesures d’allègement pour les spectacles debout à l’intérieur, ce qui viendrait aider les festivals et événements culturels. » 

Opération complexe

À la Place des Arts, on se réjouit de ce nouvel assouplissement qui est « encore un autre pas dans la bonne direction », mentionne Marie-Claude Lépine. La salle Wilfrid-Pelletier pourra désormais accueillir 2000 spectateurs, avec quatre zones distinctes de 500 personnes. À la Maison symphonique et au Théâtre Maisonneuve, la capacité augmentera à 1000 personnes. Du côté du Théâtre Jean-Duceppe, on pourra passer à 500 spectateurs. 

Chez evenko, où l’on a annoncé la semaine dernière la tenue d’un mini-Osheaga au début octobre, cette nouvelle annonce sera assurément bien reçue. Le promoteur doit aussi présenter les Francos et le Festival de Jazz au Quartier des spectacles en septembre.  

Au Centre Vidéotron, à Québec, le chef de l’exploitation chez Québecor, Groupe Sports et divertissement, Martin Tremblay, en vacances, n’était pas disponible pour commenter.

Au Festival d’opéra de Québec, rien ne changera pour les représentations de la pièce Les leçons de Maria Callas, les 1er, 3, 5 et 6 août au Diamant.

« La salle a été configurée d’une certaine façon, tous les billets ont été vendus et ça serait une opération complexe de tout reconfigurer. C’est toutefois une bonne nouvelle pour notre opéra prévu à l’automne », a fait savoir la directrice des communications Claudine Jacques.

– Avec la collaboration de Raphaël Gendron-Martin