/news/coronavirus
Navigation

Vaccination mixte et troisième dose: l’opposition exige des réponses du ministre Christian Dubé

Le ministre de la Santé, Christian Dubé
Photo d'archives, Stevens Leblanc Le ministre de la Santé, Christian Dubé

Coup d'oeil sur cet article

L’opposition demande au gouvernement caquiste de clarifier la situation de la vaccination mixte au Québec. Le parti libéral attend du ministre Dubé des précisions sur la troisième dose pour certains voyages et des pressions accrues pour faire reconnaître la méthode mixte le plus rapidement possible.

• À lire aussi: Des centres refusent de donner la 3e dose

• À lire aussi: Troisième dose: «J’ai un peu de misère avec ça»

• À lire aussi: Vaccins mélangés non reconnus: les voyageurs pourront recevoir une troisième dose

• À lire aussi: Norwegian Cruise Line: pas le bienvenu malgré 2 vaccins

«Les questions soulevées dans les derniers jours autour de la validité de la vaccination mixte et de la possibilité d’avoir à prendre une troisième dose pour voyager amènent une grande confusion», a déploré la porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, Marie Montpetit.

La députée réagissait aux reportages du Journal faisant état, ce week-end, des difficultés de certains voyageurs à faire reconnaître leurs vaccins alors qu’ils ont reçu deux doses de compagnies différentes.

Pression sur le ministre

«Christian Dubé doit sortir de son mutisme», insiste Marie Montpetit, qui demande réponse aux nombreuses questions qui entourent toujours le mélange des vaccins.

La députée libérale Marie Montpetit
Photo d'archives
La députée libérale Marie Montpetit

«Il doit faire les pressions nécessaires sur le gouvernement fédéral pour que tous les états reconnaissent la vaccination mixte. L’Ontario l’a fait pour ses citoyens. Qu’attend-il, de son côté?» a questionné la députée de Maurice Richard.

Les règles entourant l’administration d’une autre dose doivent aussi être clarifiées, selon elle. Vendredi, le ministère indiquait que cette dose additionnelle «pourra être administrée à toute personne dont la vaccination ne sera pas reconnue dans le pays où elle se rend», sans plus de détails.

«[Le ministre] doit clarifier les règles d’admissibilité à la troisième dose. Il en va du succès des dernières étapes de la campagne de vaccination et de la confiance à court, à moyen et à long terme envers nos programmes de vaccination», insiste Mme Montpetit, par voie de communiqué.  

  • Écoutez la chronique politique de Marc-André Leclerc, chroniqueur au Journal de Montréal et au Journal de Québec sur QUB radio:   

Réponse du ministère

La santé publique a réagi en fin de journée lundi, rappelant la particularité de cette dose additionnelle qui ne s’adresse pas à tous.

«[Il s’agit] d’une mesure d’exception pour les personnes qui ont un voyage essentiel prévu à l’extérieur du pays, à court terme, et qui doivent répondre à des exigences de vaccination», peut-on lire dans le communiqué de presse du ministère de la Santé, qui précise que cette possibilité avait été évoquée lors de points de presse antérieurs du Dr Horacio Arruda. Malgré cela, une directive a dû être envoyée aux CIUSSS et aux CISSS de la province samedi.

Le ministère explique également que les discussions avec le fédéral pour faire reconnaître la vaccination mixte à l’international se poursuivent.

«Actuellement, il n’y a pas encore de consensus international sur les critères pour qu’une personne soit reconnue comme étant « adéquatement vaccinée ». Les discussions se poursuivent [...]», indique le MSSS, ajoutant que de nouvelles consignes pourraient «éventuellement» venir.

Selon les données gouvernementales, 3875 personnes se sont prévalues de la possibilité de recevoir une dose additionnelle sur le total de plus de 10 millions d’injections administrées dans la province.

Compliqué

Ces développements viennent après la publication par Le Journal de l’histoire d’un homme de Québec qui a dû annuler un voyage dans les Caraïbes puisque son croisiériste ne le considérait pas comme étant «pleinement vacciné». Jérôme Gaudreault avait reçu une première dose de Pfizer et une deuxième de Moderna, une procédure qui n’est pas reconnue par les États-Unis, notamment.

En réponse à cette non-reconnaissance du vaccin mixte, le gouvernement québécois annonçait vendredi la possibilité de recevoir une dose additionnelle de l’un des deux vaccins reçus initialement. Mais cette possibilité soulève déjà certaines questions du point de vue scientifique.

«Qu’est-ce que ça va faire, une troisième dose? Est-ce qu’on a des données, est-ce qu’on a des essais cliniques qui supportent ça? J’ai un peu de misère avec ça. On est en train de jouer avec des vaccins, ce n’est pas n’importe quoi», confiait le virologue à la retraite Jacques Lapierre à TVA.

D’autre part, plusieurs personnes se sont butées à des centres qui n’avaient pas reçu la consigne d’offrir une dose additionnelle au cours de la fin de semaine. «C’est fâchant! Chaque fois qu’un changement survient en santé publique depuis le début de la crise, ça prend toujours une éternité à se rendre sur le terrain», critiquait Mélanie Gilbert, qui prépare un voyage au Mexique.

À VOIR AUSSI 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres