/news/society
Navigation

Affaire Logan Mailloux: Desjardins, Jean Coutu, les commanditaires du CH en réflexion

Coup d'oeil sur cet article

Après le Groupe St-Hubert, c’est au tour du Mouvement Desjardins et de Jean Coutu, deux des plus importants employeurs du Québec, de se dire mal à l'aise avec le premier choix au repêchage du CH, Logan Mailloux, coupable d’un crime sexuel. 

• À lire aussi - Sélection de Logan Mailloux: est-ce que ça coûtera la job à Bergevin?

• À lire aussi - Rien n'excuse le repêchage de Logan Mailloux

Desjardins est l’un des commanditaires les plus généreux du CH et possède même le Club Desjardins, des loges avec plus de 2600 fauteuils pour les partisans de l’équipe.

  • Écoutez l'entrevue du PDG de la firme de relations publiques Leliken, Pierre Bélanger, avec Vincent Dessureault sur QUB Radio:

«Nous avons communiqué avec le Canadien hier pour obtenir des explications et partager notre inconfort par rapport à cette décision. Desjardins ne commentera pas davantage et n’accordera pas d’entrevue sur le sujet», a souligné la porte-parole Valérie Lamarre dans un courriel envoyé au Journal.

Un autre partenaire de longue date, le Groupe Jean Coutu, est aussi à réévaluer son partenariat avec le club de hockey.

Trevor Timmins et Marc Bergevin
Photo d'archives
Trevor Timmins et Marc Bergevin

«Nous sommes en réflexion et en avons fait part au Canadien. Nous ne commenterons pas davantage», a écrit par courriel Catherine Latendresse, cheffe des communications.

St-Hubert provoque des réactions

Hier, le Groupe St-Hubert s’était dit surpris par le choix du Canadien et affirmait même songer à mettre fin à sa collaboration avec le CH.

«On est un bon partenaire, on veut garder de belles relations avec eux. Avant de se prononcer, on va avoir des discussions avec le Canadien. Par la suite, on va voir la décision que l’on prend», a estimé Josée Vaillancourt, porte-parole du Groupe St-Hubert. 

La position de St-Hubert a engendré des commentaires cinglants sur les médias sociaux, pour la plupart en faveur du choix du Canadien. Certains demandant même le boycottage des restaurants de la populaire chaîne. 

  • Écoutez l'entrevue avec Victor Henriquez, expert en relations publiques et en gestion de crise avec Varda Étienne et Caroline St-Hilaire sur QUB radio :   

Pas de commentaires

Lors de la mise en ligne de cet article, un autre actionnaire du CH, l’entreprise de télécommunications Bell, mais aussi des commanditaires de premier plan comme Bombardier, Tim Hortons, Esso, Enterprise, IBM, La Cage ou Techo Bloc n’avaient pas répondu à nos appels ou à demandes d’entrevue. 

En novembre dernier, Logan Mailloux, qui évoluait en Suède, a partagé une photo de sa partenaire sexuelle, à son insu, alors qu’elle lui faisait une fellation. Mailloux a été accusé de diffamation et de partage d’une image intime sans consentement.

Logan Mailloux
Capture d'écran
Logan Mailloux

Après sa sélection par le Canadien, le joueur a indiqué avoir manqué de jugement et s’est excusé à sa victime et à sa famille.       

  • Écoutez l'analyse de Yasmine Abdelfadel au micro d'Alexandre Dubé sur QUB radio:    

Justin Trudeau critique le choix de Logan Mailloux         

Par l'Agence QMI

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a critiqué, mardi, la sélection de Logan Mailloux par le Canadien de Montréal lors du dernier repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH).

«En tant que fan fini du Canadien, je dois dire que j’ai été très déçu par la décision», a dit le politicien, en marge d’une mise au point sur la vaccination au pays à Moncton. «Je pense que c’est une erreur de jugement de la part de l’équipe. Je pense le club à des explications à offrir aux Montréalais et aux fans de partout au pays.»

Mailloux a été sélectionné au 30e rang au total lors de l’encan, vendredi. Il avait toutefois demandé aux clubs de la LNH de ne pas le repêcher quelques jours plus tôt, lui qui a été reconnu coupable d’avoir partagé une photo explicite d’une partenaire sexuelle sans son consentement en novembre dernier.

Le directeur général du Tricolore, Marc Bergevin, avait expliqué sa décision, vendredi, en avançant que l’adolescent avait déjà montré «les premiers pas d’un cheminement personnel et d’une prise de conscience sincère.»

À VOIR AUSSI...