/news/currentevents
Navigation

«Jamais on n’a vu des frères déclencher une alerte Amber»

FD-ALERTE-AMBER-MONTREAL
Photo courtoisie, Yves Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Une alerte Amber déclenchée dans le cadre d’un enlèvement qui aurait été commis par les membres d’une même fratrie, c’est du «jamais-vu» au pays, a constaté un organisme voué à la recherche des enfants disparus.

• À lire aussi: Enlèvement dans l’ouest de Montréal: l’ado kidnappée a tenté de résister à ses ravisseurs

«Normalement, on voit un des parents ou même des grands-parents enlever leur enfant. Par contre, jamais on n’a vu des frères déclencher une alerte Amber au Québec ou au Canada», a certifié Pina Arcamone, directrice générale du Réseau Enfants-Retour depuis plus de 25 ans.

Mme Arcamone s’est dite «surprise» en constatant qu’une telle alerte avait été déclenchée par rapport à une adolescente de 16 ans kidnappée lundi soir sur l’île de Montréal.

Elle a surtout sourcillé en voyant que l’enlèvement aurait été commis par au moins trois personnes, dont deux des frères de la victime.

«Le système d’alerte Amber existe depuis 2003 dans la province. Selon mon expérience, un enlèvement, c’est un phénomène rare à travers le pays. Mais de voir une fratrie à l’origine d’un enlèvement dans ces circonstances, c’est une première et c’est exceptionnel comme cas», a ajouté Pina Arcamone.

  • Écoutez la chronique de Gilles Proulx sur QUB radio:

Moins de chance

Certaines victimes qui ont fait l’objet d’alertes Amber ont parfois connu des fins bien plus tragiques que celle vécue par l’adolescente enlevée lundi.

Il y a plus d’un an, le 8 juillet 2020, tout le Québec a été secoué par l’enlèvement des sœurs Norah et Romy Carpentier. Les corps des deux fillettes de 6 et 11 ans ont finalement été découverts le 11 juillet, mettant fin à la plus longue alerte Amber de l’histoire du Québec. Les sœurs avaient été kidnappées et tuées par leur père, qui s’est par la suite enlevé la vie.

Disparu dans le quartier d’Ahuntsic-Cartierville, à Montréal, Ariel Jeffrey Kouakou, 10 ans, n’a quant à lui jamais été retrouvé. Lancée le 13 mars 2018, l’alerte a été annulée quelques heures plus tard par le Service de police de la Ville de Montréal.

«Le taux de succès de l’alerte Amber est tout de même très élevé au Canada et aux États-Unis. La rapidité avec laquelle on sort les informations, la collaboration du public, ça permet vraiment aux policiers de retrouver les enfants en vie et le plus rapidement possible», a rassuré Pina Arcamone.


Critères de base pour déclencher une alerte Amber:  

  • L’enfant doit avoir moins de 18 ans;  
  • Les autorités soupçonnent que l’enfant ait été enlevé;  
  •  L’enfant court un danger imminent;  
  •  On dispose d’informations à communiquer pour aider à localiser l’enfant ou son ravisseur (par exemple, description de l’enfant, du suspect ou du véhicule du ravisseur).