/finance/business
Navigation

Une nouvelle acquisition pour Ressorts Liberté

Une nouvelle acquisition pour Ressorts Liberté
Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Ressorts Liberté, une entreprise de Montmagny dont les produits se retrouvent dans la moitié des véhicules sur les routes de la planète, a annoncé l’acquisition d’Elka Suspension, une firme de Boucherville spécialisée en suspension.

Cette acquisition, dont le coût n’a pas été divulgué, permettra à Ressorts Liberté de diversifier sa gamme de produits en y ajoutant les pièces de suspension haut de gamme développée par Elka. L’entreprise se concentre sur la production de suspensions pour les véhicules de loisir, des VTT aux motoneiges, en passant par les VUS, Jeep et motos.

Environ 50 personnes travaillent pour Elka à Boucherville.

L’entreprise de Montmagny, de son côté, se spécialise dans la fabrication de ressorts entrant dans la fabrication de moteur à combustion et hybride, ainsi que dans la production de pièces de suspension pour l’industrie automobile et du VTT. Ses pièces se retrouvent dans une voiture sur deux autour du globe.

Véritable multinationale, ce fleuron québécois compte plus de 750 employés, dont plus de 500 au Québec, répartis dans sept usines au Québec, en Ontario, au Mexique, en Chine et en Roumanie. Ressorts Liberté mise aussi sur des bureaux à Detroit et Berlin.

«Elka Suspension est très heureuse d'allier ses forces à celles de Ressorts Liberté. Cette acquisition vient renforcer la position de l'entreprise comme une force mondiale dans le domaine de la suspension, pour le plus grand bénéfice de nos clients et partenaires», s’est réjoui le président d’Elka Suspension, Martin Lamoureux, par communiqué.

La transaction a reçu l’aval d’Investissement Québec et de Desjardins Capital, les deux actionnaires majoritaires de Ressorts Liberté. Les deux entités avaient investi dans l’entreprise en 2019 afin d’éviter que ce fleuron ne quitte éventuellement le Québec, permettant à la fois de conserver le siège social à Montmagny, tout en menant les capitaux nécessaires à la croissance de la compagnie.

Le gouvernement du Québec avait évalué, à ce moment, que le plan de relève pour l’entreprise permettrait de générer des retombées évaluées à 16 millions $ sur cinq ans dans la province.

À VOIR AUSSI