/news/society
Navigation

De Sainte-Julie à Gaspé à vélo pour soutenir les jeunes autistes

Le cycliste aguerri parcourra près de 5000 kilomètres en cinq semaines

Dominic Labonté
Photo Pierre-Paul Poulin Dominic Labonté s’est longtemps entraîné pour être fin prêt à parcourir des milliers de kilomètres à vélo cet été.

Coup d'oeil sur cet article

Un Québécois va parcourir pas moins de 4700 kilomètres à vélo de la Rive-Sud de Montréal à Gaspé, dans l’espoir de sensibiliser la population aux défis que rencontrent les gens vivant avec un trouble du spectre de l’autisme.

« Je veux que les gens comprennent un peu mieux, qu’ils comprennent c’est quoi la réalité d’une personne autiste », souligne Dominic Labonté, vivant lui-même avec une des formes du spectre.

Le 17 juillet dernier, l’homme de 42 ans a enfourché son vélo pour une période de cinq semaines.

Il sillonnera les routes du Québec, de Sainte-Julie, en Montérégie, en passant par la baie James, jusqu’à Gaspé, avant de revenir chez lui par la Beauce et les Cantons-de-l’Est.

Initialement, il espérait recueillir un dollar par kilomètre parcouru pendant ce périple et atteindre la barre des 4700 $.

Le montant ira à la Fondation Véro & Louis, qui construit des maisons au profit d’autistes de 21 ans et plus ayant besoin d’un soutien constant.

Hier, il avait déjà dépassé l’objectif, ayant recueilli un peu plus de 5000 $.

Fuir les autres

Celui qui travaille depuis une dizaine d’années dans une usine de Belœil raconte s’être longtemps isolé des autres jusqu’à ce qu’il reçoive son diagnostic.

« Je fuyais », résume-t-il.

M. Labonté comprend maintenant mieux pourquoi il a des lacunes dans ses interactions sociales et peut présenter une certaine difficulté à lire les émotions des autres.

« J’ai compris ce qui m’arrivait, j’ai travaillé sur moi-même pour aller de l’avant », mentionne M. Labonté.

Encore aujourd’hui, Dominic Labonté estime toutefois toujours vivre avec le rejet social, n’ayant pas d’amis ou de copine.

Longue préparation

Dominic Labonté se prépare depuis un an pour son aventure, s’entraînant quatre à cinq fois par semaine, d’une à deux heures par jour.

Dominic Labonté
Photo Pierre-Paul Poulin

Le long parcours de vélo qui l’attend, « c’est pour sensibiliser, pour aider les générations futures », soutient-il.

M. Labonté a déjà fait quelques escapades du genre, ayant auparavant roulé environ 2500 kilomètres jusqu’à Havre-Saint-Pierre, sur la Côte-Nord.

« Chaque fois, j’essaie de faire un plus grand voyage, dit-il. C’est le défi de dépasser ses limites. »


Pour contribuer à la cause, vous pouvez vous rendre sur la page Un autiste en cavale sur le site jedonneenligne.org